22 oct. 2017

La Synthèse de l'Eau

Le principe de base de la réaction en chaîne a été utilisé en 1913 par Max Bodenstein pour expliquer les explosions. Un déclencheur attaque un élément chimique et crée une molécule instable qui propage la réaction dans le reste de l'élément avec un effet d'accélération. Un atome d'hydrogène joue parfaitement ce rôle d'amorceur, par exemple avec le chlore, le bore ou l'oxygène.

En 1934 le physicien Soviétique Nikolay Semenov parvient à quantifier la réaction en chaîne. Cette cinétique est étudiée indépendamment par le chimiste anglais C.N. Hinshelwood de l'Université d'Oxford qui l'applique à la synthèse de l'eau.

Les principes de la chimie cinétique vont plus loin que l'étude des explosions. Hinshelwood lui-même les applique à la biologie cellulaire bactérienne à partir de 1946. Il est anobli en 1948.

Le prix Nobel de chimie est attribué à Semenov et Hinshelwood en 1956. Hinshelwood est mort célibataire en 1967 et sa médaille Nobel est apparue peu après sur le marché. Elle est estimée $ 200K à vendre par Julien's à Los Angeles le 17 novembre, lot 162.

Rocky au Musée

Sylvester Stallone a mené son alter ego Rocky au faîte de la gloire. Le héros de cinéma devient champion du monde de boxe poids lourds à la fin de Rocky II, sorti en 1979. En 1980 Stallone prépare Rocky III qui sortira en 1982. Le thème partiellement inspiré par les retours de Muhammad Ali est plus difficile : pour maintenir sa position sociale, le champion doit continuer à combattre.

Au début de Rocky III une foule dense est réunie pour l'inauguration d'une statue monumentale dans la cour du Philadelphia Museum of Art. Le Rocky en bronze en tenue de combat lève ses poings gantés en signe de victoire. De façon inattendue une gloire artistique commence : Philadelphie applaudit les self made men même quand ils sont fictifs. Depuis 2006 la statue est exposée en permanence en bas des marches du musée.

Le champion est plus grand que nature : 2,60 m de haut pour l'homme, et 3,65 m hors tout incluant les bras levés et le socle. Le monument pesant plus de 800 Kg a été réalisé par A. Thomas Schomberg avec une licence pour créer trois exemplaires.

Le No 2/3 a été édité en 1980 en même temps que l'exemplaire 1/3 de Philadelphie utilisé dans le film. Il sera vendu par SCP Auctions dans une vente en ligne qui se termine le 4 novembre, lot 1 estimé entre $ 500K et 1M. Voici le lien vers le communiqué de presse.

Le No 3/3 qui clôt cette production a été réalisé en 2006 et est disponible pour vente auprès de Schomberg Studios.

21 oct. 2017

Musique dans l'Arrière-Boutique

Une des raisons de la popularité durable des illustrations réalisées par Norman Rockwell pour les pages de couverture du Saturday Evening Post est la variété de son inspiration. Après la guerre, le patriotisme laisse la place à des scènes burlesques activant de nombreux personnages.

Rockwell est surtout au mieux de son art quand il peint les scènes de la vie au village. L'ambiance tranquille est révélée par une multitudes de petits détails créés à partir de photos individuelles. Comme les maîtres Hollandais du XVIIème siècle, Rockwell vérifie minutieusement la géométrie réaliste des lumières et des ombres.

Par l'intimité du thème et la complexité de la composition, Shuffleton's Barbershop publié par le Saturday Evening Post le 29 avril 1950 est une de ses couvertures les plus réussies. L'huile sur toile 117 x 109 cm dé-accessionnée du Berkshire Museum est estimée $ 20M à vendre par Sotheby's à New York le 13 novembre, lot 10.

Le spectateur regarde au travers de la grande vitrine dont les inscriptions sont tronquées. Après la journée de travail, la lumière est éteinte dans la boutique. Le poêle, l'évier, le rayonnage des magazines et le chat attendent le lendemain. Trois hommes jouent de leurs instruments de musique dans la lumière de l'arrière-boutique sans risquer d'être dérangés.

Dans ses compositions Rockwell ré-assemble mais n'invente pas. Rob Shuffleton est bien dans la vraie vie le barbier du village du Vermont où l'artiste s'est installé en 1939 et il est aussi l'homme qui tient le violoncelle, à moitié caché par la porte intérieure.

En 1951 Rockwell peint une autre scène paisible dans l'intérieur d'une boutique. Considérée par un sondage auprès des lecteurs comme sa meilleure couverture, Saying Grace a été vendue pour $ 46M incluant premium par Sotheby's le 4 décembre 2013.

L'image faible résolution de Shuffleton's Barbershop est partagée pour un usage raisonnable par WikiArt :



Le Rookie des Dodgers

Les Brooklyn Dodgers figurent parmi les meilleures équipes de baseball. En 1947 pour la 7ème fois de leur histoire ils sont champions de la National League. Cette année-là leur succès a une dimension historique : pour la première fois grâce à l'opiniâtreté de leur manager général Branch Rickey et au courage de Jackie Robinson, la barrière des races est tombée dans un de ses bastions les plus protégés, la Major League Baseball.

Lors de la cérémonie de clôture du championnat le 23 septembre 1947, une photo montre Jackie en maillot de baseball au côté de sa femme et d'un ami.

Ce maillot qui avait été utilisé en match a été conservé pendant un demi-siècle par Jackie puis par sa veuve. Symbole du mouvement qui aboutira à l'égalité raciale aux Etats-Unis, il est vendu sans prix de réserve au lot 50001 par Heritage à Dallas le 19 novembre dans une vente en ligne avec extended bidding. Les enchères débutent à $ 900K, avec un guide value de $ 3M.

La saison 1947 se termine du 30 septembre au 6 octobre par la World Series où les Dodgers sont battus par les Yankees au septième match. Le choix de Rickey avait été pertinent : Jackie Robinson a su résister à toutes les insultes jusqu'à l'évènement le plus prestigieux de la MLB et ses qualités sportives le font nommer Rookie de l'année.

Je vous invite à regarder la vidéo partagée par Heritage.

20 oct. 2017

Titane et Triple Complication

Organisée tous les deux ans par l'Association Monégasque contre les Myopathies, la vente de charité OnlyWatch requiert l'offre par chaque marque d'une montre unique en son genre. L'édition 2017 est confiée à Christie's à Genève le 11 novembre.

Patek Philippe répond le plus souvent par un modèle de haut de gamme dans un métal réfractaire inhabituel dans ses productions : le titane en 2007 et 2013, l'acier en 2011 et 2015. La Patek Philippe 5016A-010 vendue par Phillips le 7 novembre 2015 a rapporté CHF 7,3M.

Le titane revient en 2017 avec l'exemplaire unique Patek Philippe 5208T-010, lot 12 estimé CHF 900K.

Sortie en 2011 avec une version platine 5208P, la 5208 est une montre à triple complication : répétition des minutes, chronographe mono-poussoir et quantième perpétuel à guichets et phases de la lune incluant l'année bissextile. Elle résiste à l'humidité et à la poussière mais pas à l'eau. Son dos amovible peut être remplacé par un dos transparent en cristal de saphir donnant visibilité sur le mécanisme. Elle est assemblée avec plus de 700 composants.

Dans la gamme sans cesse améliorée des montres à complications de Patek Philippe, la 5208 est la première montre-bracelet dont la triple complication inclut un chronographe, contrairement à la 5207 sortie en 2008 avec un tourbillon.

L'Afrique à Paris

En 1920 Félix Fénéon pose une question dérangeante : les arts lointains iront-ils au Louvre ? Dans le même élan les avant-gardes imaginent de nouveaux styles artistiques réutilisant des éléments Africains.

Les Demoiselles d'Avignon dont les têtes ressemblent à des masques apparaissent désormais comme un précurseur de l'art moderne. Sur le conseil d'André Breton, Jacques Doucet achète cette peinture à Picasso en décembre 1924. Picasso a nié l'influence Africaine sur son exemple séminal d'art primitif.

Man Ray est très à l'aise dans ce foisonnement intellectuel. En 1924 il prend une photo intitulée Black and white pour laquelle il a juxtaposé un masque Africain et une statuette de nu de la Renaissance allemande.

Une autre photo de l'artiste paraît en mai 1926 dans l'édition française du magazine Vogue. Intitulée Visage de nacre et masque d'ébène, elle montre Kiki de Montparnasse avec un masque Baoulé. Les yeux fermés, la muse de Man Ray a la tête posée sur une table sur laquelle l'objet Africain est maintenu vertical par sa main.

Cette image composée simplement de deux ovales parfaits ouvre une vision des opposés dans la meilleure tradition surréaliste : blanc et noir, Europe et Afrique, horizontal et vertical, vivant et objet. Son titre deviendra Noire et Blanche en 1928 sans accord de l'auteur.

Le tout premier tirage argentique de cette photo, en format 21 x 28 cm, a été particulièrement soigné par l'artiste avec les nombreuses retouches répondant à sa conception de la perfection. Aussitôt acheté par Doucet, il fait apparaître Noire et Blanche comme une réponse de Man Ray aux Demoiselles d'Avignon. Ce tirage est estimé € 1M à vendre par Christie's à Paris le 9 novembre, lot 8.

Toujours attentif à sa propre promotion, Picasso ne néglige plus la tendance Africaine. Il promeut a posteriori les Demoiselles d'Avignon comme la pierre angulaire du cubisme et cherche une jeune muse blonde avec un nez épaté. Ce sera Marie-Thérèse.

Le Prince Heinrich et le Roi de la Vitesse

L'automobile et l'aéronautique se développent en parallèle. Des compétitions, des démonstrations et des rallyes sont organisés par de riches sponsors et par des aristocrates. Le prince Heinrich, frère de l'empereur de Prusse, soutient une compétition qui mélange le tourisme et la compétition.

Le Prinz-Heinrich-Fahrt est une course par étapes sur les routes Allemandes, incluant des courses de côte. La compétition se déroule sur trois années consécutives, de 1908 à 1910, pour un total d'environ 6000 Km. Le trophée remis au vainqueur à la fin de ces trois séquences est une voiture en argent de 13,5 Kg offerte par le prince.

Une Benz 50 hp gagne le premier de ces rallyes en 1908. C'est une très bonne publicité pour la marque qui décide le lancement d'un modèle de tourisme sous le nom de Prinz-Heinrich-Wagen avec une puissance considérablement augmentée qui permet d'atteindre 130 Km/h.

Une Benz 75/105 hp Prinz-Heinrich est à vendre au lot 420 par Bonhams le 11 novembre dans la vente sur place de la collection Bothwell près de Los Angeles.

Construite en 1908 ou 1909, cette voiture a été exportée aux Etats-Unis et fréquemment utilisée par Barney Oldfield. Grand amateur de véhicules Benz, Oldfield a été surnommé le Speed King après avoir poussé une Blitzen-Benz à 210 Km/h à Daytona Beach en mars 1910.

19 oct. 2017

Sur les Hauteurs de Mexico

La victoire de Jim Hines sur le 100 m aux Jeux Olympiques de Mexico en 1968 fait date dans l'histoire de l'athlétisme.

C'était une période de transition pour l'enregistrement des records entre le chronométrage manuel et le chronométrage électronique. L'importance de mesurer les temps avec une précision meilleure que le 1/10ème de seconde ne permettait plus de s'appuyer sur un déclenchement manuel quelque soient l'habileté et l'entraînement de l'opérateur. La mesure deviendra entièrement automatique en 1977.

Le 20 juin 1968 à Sacramento, le 100 m des US national championships est gagné par Hines. Chronométré en 9,9 secondes en manuel, il est considéré ce jour-là comme le premier athlète à passer sous la barre des 10 secondes, mais le chronométrage électronique utilisé en redondance affiche seulement 10,03 secondes.

En octobre aux Jeux Olympiques, Hines confirme brillamment qu'il est le meilleur, avec 9,95 secondes entre le son du pistolet et la photo du passage de la ligne d'arrivée. Non seulement son temps en-dessous de 10 secondes est incontestable, mais encore ses suivants sont loin derrière, à 10,04 secondes pour la médaille d'argent et 10,07 secondes pour la médaille de bronze. Il gagne une autre médaille d'or, au relais 4x100 m.

L'altitude de Mexico City est propice aux records. Le saut en longueur de Bob Beamon aux mêmes Jeux restera pour toujours légendaire. Comprenant sans doute qu'il a atteint une limite difficilement franchissable, Hines arrête l'athlétisme aussitôt après son retour et commence une carrière professionnelle dans le football Américain. Il est classé par les observateurs comme un des pires joueurs de la NFL.

Hines a prêté sa médaille d'or du 100 m sur gages au début des années 1980 avant de l'abandonner au prêteur. Elle sera vendue par SCP Auctions dans une vente en ligne qui se termine le 4 novembre, lot 699. Son record du monde a été battu en 1983 par Calvin Smith.

Portraits Safavides

Les portraits à l'huile sur toile de grandes dimensions d'époque Qajar ne sont pas rares et les artistes travaillant pour la cour sont bien identifiés. Ils ont été précédés à l'époque Safavide par un très petit groupe de peintures probablement réalisées à Isfahan entre 1660 et 1700 de notre calendrier. Ce thème et ce format sont moins rares dans la peinture murale Persane et un usage décoratif est évident.

Quinze oeuvres seulement sont connues : huit hommes dont un Européen et sept femmes. Plusieurs de ces portraits survivants présentent entre eux des similitudes de traits du visage, de robe ou de décor d'arrière-plan. Deux ou peut-être trois paires sont identifiés parmi ces quinze oeuvres. Plusieurs artistes ont probablement opéré mais il ne faut pas exclure que certaines peintures soient des copies d'époque.

Une origine non-Musulmane dans la communauté Arménienne d'Isfahan est proposée, soit par des artistes Arméniens soit par des artistes Européens séjournant dans leur communauté. Les Arméniens étaient en contact régulier avec les Européens pour exporter la soie et servaient aussi d'interprètes à la cour de Perse.

Bien que la plus grande partie des détails vestimentaires soit Safavide, quelques éléments étrangers apparaissent. La beauté des oeuvres et la richesse des habits laisse supposer qu'ils résultent d'une commande de la riche aristocratie.

Le 25 octobre à Londres, Sotheby's sépare une paire d'huiles sur toile formant pendant 162 x 83 cm chacune avec un même décor en composition inversée. L'homme est au lot 115 et la femme au lot 116. Chaque lot est estimé £ 850K.

La femme porte à la ceinture une grande médaille ornée d'une figure couronnée qui n'a pas encore été identifiée mais pourra peut-être un jour jeter une lueur sur l'histoire de ce groupe de peintures.

La Vieille Histoire de l'Eté

Edvard Munch passe ses vacances d'été au bord de la mer près de Christiania qui sera plus tard Oslo. Les artistes se retrouvent en ce lieu et jouent le grand jeu de la vie. En 1891, âgé de 28 ans, Edvard observe son ami Jappe âgé de 21 ans qui devient amoureux fou d'une femme mariée de dix ans son ainée.

La femme finit par éconduire son amoureux. Une telle histoire n'est pas rare. Edvard observe le désespoir de Jappe comme un miroir de sa propre aventure avec une autre fille quelques années plus tôt. Avide d'exprimer les sentiments extrêmes, Edvard commence une série de peintures intitulée Melankoli. On ne sait pas si la créativité d'Edvard a consolé Jappe mais leur amitié a survécu.

En 1895 et 1896 Edvard rassemble ses images les plus fortes pour préparer des gravures. Les lignes sont conformes aux peintures mais les couleurs varient d'un exemplaire à l'autre, certainement à l'usage de l'artiste lui-même qui y trouve un moyen facile de vérifier leur impact émotionnel.

Le 23 octobre à New York, Sotheby's vend Evening - Melancholy I réalisé en 1896, lot 95 estimé $ 850K. La gravure sur bois 38 x 46 cm a été réalisée à partir de deux blocs. Les couleurs noir, gris et ocre de cet exemplaire sont particulièrement lugubres. Un exemplaire aux tons plus doux a été vendu pour £ 960K incluant premium par Sotheby's le 17 septembre 2013.

En 1902 Munch réalise une nouvelle série dans le même format, intitulée Melancholy III. La composition inversée gauche-droite par rapport à la version de 1896 est conforme à la peinture d'origine. Un exemplaire a été vendu pour $ 420K incluant premium par Sotheby's le 1er novembre 2007. Un autre est estimé $ 300K à vendre le 23 octobre dans la même vente que ci-dessus, lot 84.