31 oct. 2007

Un Rembrandt commenté / Rembrandt reviewed

Le 26 octobre, un portrait sur cuivre de 23,7x17 cm annoncé prudemment comme suiveur de Rembrandt a fait 2.2 M£ à Norcote, Angleterre, chez Moore Allen & Innocent (entreprise anglaise spécialisée dans les residential sales), sur une estimation dérisoire. La possibilité a été évoquée que ce soit un autoportrait de Rembrandt, cette opinion allant contre celle du Rijksmuseum d'Amsterdam.
La Tribune de l'Art indique d'autres cas similaires récents, et montre chiffres à l'appui que 2.2 M£ est en-dessous du prix normal d'un Rembrandt. Si l'on considère comme moi qu'aucun prix aux enchères n'est aberrant, on en déduit d'entrée que l'avis d'expert n'est pas ou n'est plus la seule chose qui compte dans le prix, et que la peinture anonyme ou controversée peut faire de beaux prix à condition que l'oeuvre soit d'époque et représente un travail soigné.
Je suis conscient que cette opinion va à l'encontre de tout ce que j'ai vu dans les bases de données spécialisées, où la principale entrée est le nom de l'artiste, et où les "attribués à" sont quasiment considérés comme des pollutions.

On October 26, a portrait copper plate 23.7 x17 cm announced cautiously as from a follower of Rembrandt made 2.2 million pounds in Norcote, England, at Allen Moore & Innocent (English company specializing in residential sales), from an estimate ridiculous . The possibility was raised that it is a self-portrait of Rembrandt, this view goes against that of the Rijksmuseum in Amsterdam.
The site www.latribunedelart.com indicates other recent similar cases, and shows figures to support that 2.2 million pounds was below the normal price of a Rembrandt. If we consider as I do it that no price at auction is absurd, we can deduce that the expert opinion is not or is no longer the only thing that counts in the price, and that painting of anonymous or controversial origine may make attractive price provided that the work is vintage and of good workmanship.
I am aware that this view runs against what I saw in specialized databases, where the main entrance is the artist's name, and where "attributed to" are essentially treated as pollution.

20 oct. 2007

Acheter cher, pourquoi ? Expensive buying, why ?

Henri Rochefort notait déjà il y a 150 ans que la vente aux enchères était le seul cas où un acheteur pouvait être pleinement satisfait d'avoir acheté trop cher. Ce phénomène est à rapprocher aussi de nos réflexions récentes, à propos du dernier Nobel de Sciences Economiques, comme quoi les ventes aux enchères ne répondent pas aux lois classiques du marché. Il y a de nombreuses raisons d'acheter cher : mondaine (se faire voir, pour une publicité finalement à peu de frais), patrimoniale (pousser la cote d'une catégorie de marchandises dont on dispose déjà de plusieurs éléments), commerciale (bloquer le marché pour décourager un ou plusieurs concurrents ; montrer à un client qu'on sait traiter le haut de gamme), ou tout simplement vaniteuse (montrer sa puissance d'achat, étaler sa culture ou son goût). Ces cas sont à prendre en compte dans les modèles de prédiction du prix de l'art. Nous en reparlerons.
A titre d'exemple, citons l'amusant article de 24 heures (http://www.24heures.ch) sur la concession aux enchères de numéros d'immatriculation par le Service des Automobiles en Suisse. Il ne s'agit même pas d'un transfert de propriété, puisque l'acquéreur ne peut pas revendre son acquisition. Le prix d'un numéro "ordinaire" démarre à 300 FS, les prix records sont de 131000 FS pour Zurich, de 33000 FS pour Vaud. Le recordman Vaudois est une société de gestion de fonds dont le gérant, habitué des magazines people, en profite pour faire passer sa photo dans la presse en compagnie de sa "nouvelle fiancée" en tenue de soirée. 33 kFS, une broutille pour un milliardaire, surtout que c'est sa société qui est l'adjudicataire ; une insertion de presse contrôlée et gratuite, quelle aubaine pour lui !
26 octobre :
Toujours le people, toujours le médiatique, et toujours pas ces catégories en France : 100 K$ une mèche de cheveux de Che Guevara vendue à Dallas le 25 octobre sans même une garantie formelle d'authenticité de la part de la maison de ventes, Heritage. L'acheteur, un libraire Texan, en profite pour se faire mousser dans la presse. L'adjudication étant égale au prix de départ, cela veut dire qu'il n'y avait qu'un seul acheteur pour ce lot, que l'on ne peut rien en tirer pour une cote, et que la maison de vente, pour peu qu'elle ait ciblé l'acheteur, aurait pu demander plus.
Un autre raison pour acheter cher : croire qu'aucun autre objet similaire n'apparaîtra bientôt sur le marché. A Londres, un des 500 exemplaires de l'EO du premier livre Harry Potter a fait 27 K£ en mai ; il était dédicacé. La différence de prix avec l'exemplaire vendu 19,7 K£ le 25 octobre chez Christie's ne s'explique certainement pas par la dédicace : le people, ici, c'est le personnage, pas l'auteur. Une cote à suivre !

French publicist Henri Rochefort noted some 150 years ago that auction was the only case where a buyer could be fully satisfied to have bought too expensive. This phenomenon is also close to our recent discussions, in connection with the recent Nobel Prize for Economics, proving that auctions do not respond to conventional laws of the market. There are many reasons to expensive buying : mundane (looking for a publicity, finally inexpensively), property (push the prices of a class of goods already well in someone's hand), commercial (to discourage from the market one or more competitors; demonstrate to a client some know-how to deal with top level goods), or simply egocentric (showing his buying power, spreading his culture or his taste). These cases are to be taken into account in the models for predicting the price of art. To be developed later on.
For example : the amusing article from 24 heures magazine (http://www.24heures.ch) about auction of car identification number by the Department of Automobiles in Switzerland. It is not even a transfer of ownership, since the buyer could not resell his acquisition. The "ordinary" price starts at 300 FS, highest prices paid were 131,000 Swiss francs in Zurich, 33000 FS for Vaud. Vaudois top buyer is an asset management company whose funds manager, accustomed within stars' magazines, got the opportunity to have his picture published in the press, accompanied by his "new bride" in an evening dress. KFS 33 is a fantasy for a billionaire, especially since it was his company which paid at the end of the day ; Free insertion in the press, what a bargain for him!
Oct. 26:
Again, the starmania, and again outside France: $ 100 K a lock of hair from Che Guevara sold in Dallas on Oct. 25 without even a formal guarantee of authenticity from the auction house, Heritage . The buyer, a Texan bookseller, benefits to make foam in the press. The auction is equal to the starting price, it means that there was only one buyer for that lot, that nothing can be learned for a score, and that the auction house had possibly not targeted that THIS buyer could pay even more.
Another reason to buy expensive is when it is believed that no other similar object will soon hit the market. In London, one of 500 copies of the original issue of the first Harry Potter book has made £ 27 K in May; the book was dedicated. The price difference with the copy sold £ 19.7 K on October 25 at Christie's is certainly not explained by the dedication: the star here is the character, not the author. Follow that score !

18 oct. 2007

Les enchères sont à la mode / Hit for auction

La vente par enchères gagne du terrain par rapport à la vente à prix fixe. Du fait de la mondialisation de l'information et de la communication, cette tendance à la croissance est inexorable. C'est un fait de société, mais ce n'est pas le marché de l'art (à la fois marché de luxe et marché de niche) qui sera atteint en premier. Je relève trois faits qui renforcent cette réflexion :
L'agence Auctionwire table sur l'aspect distrayant des ventes aux enchères pour faciliter les ventes de bienfaisance en ligne ; les clients apprécient cette nouvelle méthode de marketing social qui amplifie leurs relations avec les acheteurs potentiels. Auctionwire a reçu hier 17 octobre le prix d'excellence 2007 pour petites entreprises de Dell Canada.
L'utilisation par un concessionnaire de véhicules d'occasion de la méthode des enchères est une première du genre en France (groupe Warsemann, vente à Bracieux le 20 octobre, organisation BCAuctions). Le fait qu'un concessionnaire admette que c'est le client et pas le vendeur qui fait le prix annonce une petite révolution dans les mentalités. A suivre.
Le prix Nobel de Sciences Economiques a été attribué aux Américains Hurwicz, Maskin et Myerson le 15 octobre. Il récompense des travaux sur des cas où les lois classiques du marché ne s'appliquent pas pour des raisons liées au comportement des parties contractantes ; ces travaux ont impacté de façon favorable la vente aux enchères de biens publics par le gouvernement américain (en particulier la vente de certaines parties du spectre des radiofréquences).
Revenons à l'art (non évoqué dans les communiqués de presse du Nobel) : à quelles lois économiques les mécanismes du marché de l'art répondent-ils ? A revoir et commenter : les travaux de Vickrey, prix Nobel 1996 pour ses travaux sur les mécanismes des enchères.


Many forms of auction sales show a significant increase against fixed price selling. Because of the globalization of information and communication, this upward trend hall never be reversed. It is a fact of society, but the art market (both a niche market and a luxury market) is still not ready to meet this trend. I note three facts that reinforce my opinion:
The agency Auctionwire relies upon the distracting aspect of auctions to facilitate sales charities online; Clients appreciate this new method of social marketing that amplifies their relationships with potential buyers. Auctionwire received on Oct. 17 the Excellence Award 2007 for small businesses granted by Dell Canada.
The use by a dealer of second-hand vehicles on the method of the auction is the first of its kind in France (Group Warsemann, auction sale in Bracieux October 20, BCAuctions organization). The fact that a dealer admits that it is the customer and not the vendor who made the price announcement is some sort of small revolution in attitudes. To be continued.
The Nobel Prize in Economic Sciences was awarded to Americans Hurwicz, Maskin and Myerson on October 15. It rewards their work on cases where the conventional laws of the market do not apply for reasons relating to the conduct of the contracting parties; This work has positively impacted the auction of public property by the American government (in particular sale of certain parts of the radio frequency spectrum).
Back to art (not mentioned in the press releases of the Nobels): to which economic laws does the art market respond? New reading and comment of the work of Vickrey is also recommended. He was awarded the 1996 Nobel Prize for his work on the mechanisms of auction.

17 oct. 2007

L'actualité commentée au jour le jour

17 octobre : l'événement majeur reste le succès de la vente de 40 tableaux d'Alain Delon par la SVV Cornette de Saint-Cyr avant-hier à Drouot-Montaigne. La presse a été galvanisée par cet événement, d'abord dans la présentation de la vente puis dans le constat des très bons résultats. Le nombre de "records" revendiqués atteste d'un effet Grande Vente et du bien-fondé de la médiatisation.
L'autre événement est l'annonce d'un de ces memorabilia dont raffolent les anglo-saxons et que dédaignent encore les français (marché à promouvoir en France par des acteurs avisés) : l'oscar d'Orson Welles, estimé 800 k$ par Sotheby's New York (vente le 11 décembre).
19 octobre : un nouveau venu, et une nouvelle catégorie, dans la trop rare liste des maisons de ventes agréées spécialisées : Motion annonce un vente de bateaux de plaisance pour le 3 novembre à Port Leucate. Motion prévoit aussi des ventes de voitures de collection. Rappelons d'autres maisons spécialisées dans divers domaines de collections : Alde (livres et autographes), Collectoys (jouets).
Christie's Genève annonce une vente exceptionnelle de montres pour le 12 novembre. Deux pièces exceptionnelles : une Patek Philippe 1463 à mécanisme complexe en état exceptionnel estimée 200 kFS, et une Bréguet en or, émail et diamants, de type montre à lecture tactile, réalisée pour Joséphine Bonaparte estimée 200 kFS.
Un nécessaire astronomique de Christopher Schissler prévu (estimation basse) à 40 k€ chez Bayeux-Enchères le 11 novembre ; description : la Gazette de l'Hôtel Drouot, prix sur le site de ce journal. La librairie qui expertise cet objet a une longue expérience de ce type d'objets (par exemple, vente à Drouot de la collection d'astrolabes de Leonard Linton les 9 et 10 octobre 1980) : pourquoi prévoit-elle aujourd'hui un prix aussi bas ??
22 octobre : Je constate que les medias, qui ont fait leurs choux gras de la vente Delon, ne se précipitent pas encore sur les ventes de ce week-end chez Artcurial qui bénéficiait aussi de l'actualité de la FIAC ; pourtant, dans la seule après-midi de samedi, j'ai relevé dans cette salle un produit supérieur à Delon (12,6 M€ sur 55 lots vendus) et trois enchères millionnaires : un Monet tardif à 2,8 M€ et deux suspensions de Giacometti à 1,6 et 1,65 M€. Toutefois, alors que 100 % des lots de Delon étaient vendus, on relève dans la vente de samedi d'Artcurial 4 invendus sur les 5 plus grosses estimations. Giacometti a fait exploser sa cote pour les objets d'ameublement. Dans les sculptures : déception pour Moore, mais un beau prix pour un Laurens (650 k€).
24 octobre : les anecdotes sur le destin mouvementé d'un tableau de maître aident certainement à affermir les prix. Réponse le 20 novembre, quand Sotheby's New York vendra un tableau de Tamayo, volé en 1987, retrouvé au milieu de sacs à ordures en 2003, puis rendu à son propriétaire. Estimation : 750 K$.
25 octobre. Deux Corans exceptionnels ont été adjugés le 23 octobre par Christie's Londres, l'un pour 1140,5 K£ (daté 599 AH, il est calligraphié à l'or), et l'autre, plus ancien, pour 916,5 K£ (il est plus ancien mais légèrement incomplet).
26 octobre : les 7 et 8 novembre, Profiles in History, négociant d'objets authentiques d'Hollywood présente avec liveauction.ebay plus de 1 000 photographies d'art d'acteurs, d'une période dite glamour (avant 1934). Cette vente médiatisée est-elle réellement exceptionnelle ? On en attend 1 M$, ce qui, après tout, ne fait que 1000 $ par photo.
Les dernières infos d'octobre :
eBay met aux enchères des espaces publicitaires télévisés sur des chaînes françaises (information allant dans le sens de nos remarques sur l'importance croissante de la vente par enchères hors marché de l'art, et du retard de la France pour ce type d'opérations, ici confiée à un américain !!!).
Du 10 au 12 novembre à Vimoutiers par Maître Demade, une collection de matériels militaires abandonnés pendant la deuxième guerre mondiale, en 800 lots.
Le 13 décembre Sotheby's Londres vend "Marrakech", une huile sur toile peinte par Churchill et donnée ultérieurement à Truman. Estimation 300 à 500 K£. Il s'agit donc d'une estimation "ouverte" (estimation haute = 1.6 x estimation basse) comme c'est souvent le cas quand l'objet présenté n'a pas réellement d'antécédent sur le marché, ici la double filiation Churchill-Truman. Mon pronostic : elle sera largement dépassée.