24 nov. 2007

Enchères et media : Tamayo, Bayeux, Canada

Suite des résultats sur des objets repérés à l'avance.

Bien médiatisé, le tableau de Tamayo retrouvé dans une poubelle a fait 1,05 M$ frais inclus sur une estimation de 750 K$ à New York chez Sotheby's. L'historique du tableau n'a donc pas joué de façon significative.

Très peu médiatisé en dehors de La Gazette de l'Hôtel Drouot, et assorti d'une estimation ridiculement basse, le compendium astronomique de Schissler est monté à 620 K€ à Bayeux. C'est un beau prix qui prouve que les spécialistes ont été prévenus, mais il est dommage que le public soit passé à côté de cet objet exceptionnel.

Correctement médiatisée sur place, la vente d'art Canadien de Ritchies et Sotheby's a consacré l'esquisse à l'huile de Tom Thomson estimée 400 K$ canadiens, vendue 550 K$ canadiens au marteau. Dans cette vente où le plus gros prix s'est porté sur un tableau de Marc-Aurèle Fortin, Sotheby's annonce 18 records. C'est quoi, un record ?

Autre spécialiste des artistes Canadiens : Heffel, dont la vente à Toronto vient d'enregistrer 5 enchères millionnaires (frais inclus) en $ Canadiens, dont 4 portés sur des oeuvres des deux artistes qui avaient été annoncés comme les plus importants : Lawren Harris et Tom Thomson. Il n'y avait aucune oeuvre dans cette vente avec une estimation basse supérieure à 800 K$ Canadiens. Heffel maîtrise bien la hiérarchie de ses artistes mais n'avait pas annoncé dans son estimation les vrais prix du marché.

Comme celle de Ritchies et Sotheby's, la vente Heffel est réussie, l'art figuratif Canadien se porte bien. Ceci dit, la très mauvaise habitude, quasiment systématique dans les grandes maisons, de publier les estimations au marteau et les résultats frais inclus renforce de façon artificielle l'impression de réussite d'une vente. La Gazette de l'Hôtel Drouot, qui résistait à ce travers depuis toujours, tombe aussi dedans depuis quelques années.