25 sept. 2014

La Beauté Eternelle de la Femme Chinoise

Les 31 mois de travail érudit et artistique de Zhang Daqian dans les grottes de Dunhuang, de 1941 à 1943, n'ont pas seulement aidé les Chinois à apprécier leur patrimoine pictural antique. Bénéficiant désormais d'une nouvelle vision par-delà les âges s'ajoutant à sa technique irréprochable, Zhang est devenu le meilleur artiste moderne Chinois.

Avec leur dessin précis aux lignes fines, les figures Tang sont le meilleur de l'art mural de Dunhuang. Après les avoir copiées, Zhang entreprend de les imiter. Une héroïne nommée Hong Fu Nu d'un roman évoquant l'époque Tang devient son inspiration de la femme idéale.

En 1944, Zhang réalise un somptueux portrait de cette femme de cour au costume élaboré, avec de vives couleurs sur un fond parsemé d'or. L'expression souple de la femme est inspirée de l'art Ming. Cette oeuvre, 125 x 75 cm en incluant le faux cadre, a été vendue yuan 71M incluant premium par China Guardian le 10 mai 2013.

En 1953, pendant qu'il est en Argentine, Zhang réalise une seconde version avec un dessin quasiment identique, mais sans l'or et le faux cadre et dans un ton plus clair. Cette encre et couleurs sur papier 135 x 57 cm sera vendue par Sotheby's à Hong Kong le 7 octobre, lot 1518. Elle est présentée avec un titre en français, La Beauté Antique, suite à une exposition en 1956 à Paris.