7 sept. 2014

Nilo ou Poro

L'utilisation de la peau de crocodile ou d'alligator dans les sacs à mains n'est pas une nouveauté. Avec sa ligne de produits Birkin créée en 1981, Hermès a cependant développé un art nouveau.

Deux races de crocodiles sont en compétition pour produire cet extrême luxe sur lequel le CITES exerce sa scrupuleuse vigilance. Le Poro (porosus) est Australien et le Nilo (niloticus) est Africain comme son nom l'indique.

Leur utilisation artistique est différente. Le Poro offre plusieurs dimensions d'écailles, permettant des motifs irréguliers. Le Nilo, plus régulier, permet d'offrir des nuances délicates de teinture qui s'allient parfaitement aux métaux précieux blancs des plaques et des fermoirs. La présence ou pas de taches au centre de l'écaille guide également le créateur dans l'utilisation optimisée de ce matériel.

Seul le résultat compte, et aucune de ces deux variantes n'est dominante par rapport à l'autre.

Le 6 décembre 2011, Heritage avait vendu pour $ 203K incluant premium un Poro rouge brillant de 30 cm agrémenté d'or blanc et de diamants. J'avais discuté également dans cette vente un sac de même dimension en "crocodile de l'Himalaya", vendu pour $ 80K incluant premium.

Il n'y a évidemment pas de crocodile dans l'Himalaya. Cette appellation désigne une teinture très claire et très difficile à réaliser donnant un effet immaculé. Le sac vendu en 2011 a les caractéristiques d'un Nilo (bien que cette information ne soit pas indiquée au catalogue) et est équipé en palladium sans diamants.

Le 23 septembre à Beverly Hills, Heritage vend un Birkin de 30 cm, non daté au catalogue, en Nilo mat Himalayen, lot 58116 estimé $ 150K. Ce sac équipé en or blanc et diamants est à l'état neuf, ayant même conservé ses housses d'origine.