18 oct. 2014

La Navigation Africaine

La Méditerranée est une mer convoitée, mais la domination Ottomane repousse le commerce occidental. Le temps est venu de l'exploration des côtes d'Afrique pour chercher de nouveaux chemins vers l'Orient. Le Portugal est bien placé géographiquement pour cette nouvelle exploration. L'époque des grandes découvertes commence.

La navigation en pleine mer est dangereuse. Les portulans servent à transmettre les connaissances des marins. Ces documents apportent un avantage certain par rapport aux vaisseaux ennemis et sont considérés comme hautement stratégiques.

Le portulan n'est pas une carte au sens géographique moderne. C'est un document qui positionne les îles et les ports. Les marins sont guidés par les lignes de la rose des vents tracées à partir de points focaux le plus souvent en seize directions.

Le 19 novembre à Londres, Christie's vend un atlas portulan manuscrit sur vélin des côtes Atlantiques, composé de sept cartes en double page 39 x 50 cm, dans une reliure Vénitienne d'époque, lot 45 estimé £ 1,5M.

La visite de l'Atlantique et de la mer du Nord est progressive, du sud au nord jusqu'au Jutland. Elle inclut les découvertes de la côte d'Afrique jusqu'à la Guinée par Cadamosto, Vénitien au service des Portugais, et par Pedro de Sintra en 1460.

L'une des pages est signée, localisée et datée : Gratiosus Benincasa Anchonitani, Venise, 1468. Le portulan de Benincasa anticipe ainsi de treize ans la première mission Portugaise de contournement de l'Afrique. Ses travaux font également partie des sources utilisées pour la compilation de l'atlas Cornaro à Venise vers 1489.