19 oct. 2014

La Vie Quotidienne des Femmes de Montmartre

Toulouse-Lautrec ne gênait pas les femmes de Montmartre habituées à la présente permanente de l'artiste infirme et alcoolique. Il aimait dessiner et peindre les détails de leur vie quotidienne.

En 1896, la série Elles est éditée en cent exemplaires par Gustave Pellet, spécialiste des gravures érotiques et de Félicien Rops. Cet album est constitué de douze lithographies 52 x 40 cm incluant une couverture et un frontispice.

Le projet fut certainement préparé à la hâte : la disparité des tonalités dues au fait que certains originaux étaient des peintures à l'huile et les autres des dessins.

Les femmes sont occupées à leurs activités intimes comme la toilette et le repos, sans exhiber leur activité professionnelle de prostituées ou d'actrices, à des moments où les hommes ont un rôle secondaire dans leur vie. Le titre, Elles, est significatif.

L'artiste s'est inspiré des ukiyo-e japonais et des coulisses de Degas. Une seule de ces femmes est identifiable : la clownesse Cha-U-Kao. Ce nom à consonance bizarre est conçu pour évoquer les jardins de plaisirs Asiatiques, mais aussi le chahut-chaos qui était son cancan préféré.

Elle était ouvertement Lesbienne, et la présence dominatrice de son image indique que cette série représente la féminité ou même le féminisme et pas la vie sexuelle. La menace de la syphilis commençait peut-être aussi à modifier le comportement de l'artiste.

Un album complet est estimé $ 900K, à vendre par Sotheby's à New York le 5 novembre, lot 121.