22 oct. 2014

Vie, Amour, Mort et Cri

Edvard Munch exprime la mélancolie et la solitude avec un graphisme dur plus proche du symbolisme que du romantisme. En novembre 1892, il expose des peintures à Berlin. Le scandale est immédiat et l'opération est arrêtée après une semaine.

Cet incident stimule la créativité de Munch qui comprend à quel point son art est nouveau et différent. Il restera quatre ans à Berlin. Son art est un dialogue continu entre la peinture et la gravure. C'est à Berlin qu'il édite ses images les plus fortes : Madonna, Vampire, le Cri ainsi que plusieurs versions de la Mélancolie et de la Femme sur la plage.

Parmi les très grands peintres, Munch est un de ceux qui ont accordé la plus importance à la gravure. Il essaya toutes les techniques, ainsi que toutes les possibilités de mise en couleur par encres ou par addition d'aquarelle.

Le Cri est édité en 1895 en lithographie sur vélin avec une inscription imprimée en allemand : Ich fühlte des grosse Geschrei durch die Natur (j'ai ressenti le grand cri qui transperce la nature).

Un exemplaire imprimé en noir et non coloré, signé par l'artiste mais non daté, est estimé $ 2M à vendre par Sotheby's à New York le 4 novembre, lot 53. Il est très beau avec sont trait net et épais.

Cette image est rare parce que sa durée de production a été très courte : l'imprimeur avait effacé la pierre pour la réutiliser sans demander l'autorisation de l'artiste.