1 nov. 2014

Supercomplication à l'Usage de New York

Patek Philippe savait être à l'écoute de ses riches clients privés. La marque de Genève reste ainsi depuis plus d'un siècle la pionnière de la miniaturisation des montres assorties d'un nombre croissant de complications, sous forme de montres de poche puis de montres bracelets.

Dès 1900, le specimen Palmer était une montre de poche offrant la répétition des minutes, les mois, les jours de la semaine, le chronographe à rattrapage, la grande et la petite sonnerie et les phases de la Lune.

James Ward Packard, l'industriel de l'automobile, fut un des plus exigeants clients de Patek Philippe. En 1916, il obtint une montre de poche à seize complications, et en 1927 il fit cohabiter une carte du ciel avec 9 autres complications.

Quand Packard mourut en 1928, le banquier New Yorkais Henry Graves Jr avait déjà commandé la montre de poche la plus compliquée du monde, avec 24 complications réparties en deux cadrans dont une carte du ciel vue de New York.

Terminée en 1932, la Supercomplication est une pièce unique pour laquelle Patek Philippe avait mobilisé ses meilleurs spécialistes. L'assemblage de ses 920 composants dans un boîtier de 74 mm de diamètre et 36 mm d'épaisseur est un exploit technique qui restera inégalable jusqu'à l'époque de la conception assistée par ordinateur.

La Supercomplication a été livrée à Graves le 19 janvier 1933 pour CHF 60K, près de cinq fois le prix de la dernière montre de Packard. Elle a été vendue pour $ 11M incluant premium par Sotheby's le 2 décembre 1999. Elle est à vendre par Sotheby's à Genève le 11 novembre, lot 345.

Je vous invite à jouer la vidéo partagée par Sotheby's :