28 févr. 2015

Bleu et blanc de Jingdezhen à Shah Jahan

La maîtrise du cobalt sur la porcelaine blanche était totale sous la dynastie Yuan, avec un bleu intense ou nuancé et un dessin très précis sur une riche variété de thèmes. L'empereur Yongle des Ming eut l'intelligence de placer les fours de Jingdezhen sous un contrôle impérial direct malgré un éloignement géographique important.

Yongle était l'ennemi irréconciliable des Yuan et des Mongols, qu'il contournait par un effort de communication à l'égard de tous les autres étrangers. Il utilisa les productions exceptionnelles de Jingdezhen pour des cadeaux diplomatiques.

Le 18 mars à New York, Sotheby's vend un plat Ming estimé $ 2,5M, lot 264. Sans marque impériale, c'est un chef d'oeuvre de la porcelaine bleu et blanc par son grand diamètre, 43 cm, la beauté de son contour ourlé et son thème figuratif. Il a sans doute été réalisé vers 1420, peu avant la fin de la période Yongle.

Son thème naturaliste de grappes sur des rameaux foliés de vigne, agrémenté par une frise circulaire de fleurs variées avec leurs feuilles, correspondait bien au goût Musulman et anticipe d'un siècle les plats d'Iznik. Ce plat a appartenu plus tard à une princesse Safavide puis à Shah Jahan, le cinquième empereur de la dynastie Moghole d'Inde du Nord.

Il a été exposé en 2000 au Brooklyn Museum of Art comme une pièce majeure du cabinet des merveilles de la collection Guennol.