15 févr. 2015

L'Appropriation du Cowboy

La photographie est devenue un art nouveau quand elle a perdu sa relation avec le réalisme. La peinture a utilisé ce paradoxe dès le début des années 1960 avec l'appropriation par Warhol d'images découpées dans les magazines. Gerhard Richter et Vija Celmins ont osé transformer en peintures des photos floues.

Vers 1981, Richard Prince voit le Marlboro Man dans tous les magazines. Le cowboy arpentant sans fin les déserts à cornes du Wild West était un bon choix pour une campagne de publicité car il flattait la nostalgie des citadins pour le passé aventureux de leurs ancêtres, bien relayé d'ailleurs par les westerns du cinéma.

Prince s'approprie les meilleures photographies en couleurs de cowboys, qu'elles soient ou non déjà exploitées par Marlboro. L'important est que le cowboy soit typique avec son Stetson, sa veste et ses éperons, et aussi que l'image soit belle.

Quand le personnage et ses chevaux sont en pleine action, c'est encore mieux. Le 28 juin 2012, Phillips vendait pour £ 600K incluant premium une image avec toutes ces qualités. Cet Ektacolor 69 x 102 cm était l'épreuve d'artiste d'une édition réalisée en 1986 en deux exemplaires commerciaux.

Le même tirage est maintenant estimé $ 1M, à vendre le 3 mars à New York par la même maison de ventes, lot 8.

Les cowboys de Richard Prince et les grimages de Cindy Sherman ont ouvert une nouvelle période de l'art photographique. La phase suivante sera caractérisée par la numérisation, avec le transfert par Richard Prince des couvertures de romans et les scènes aux détails sans fin d'Andreas Gursky.