25 févr. 2015

Le Palais Idéal de Tabo

La fondation du monastère de Tabo, en 996 de notre calendrier, marque la renaissance du Bouddhisme Tibétain. Il a été reconstruit en 1042 et orné de très nombreuses décorations murales incluant des fresques, des rouleaux et des inscriptions.

Ces illustrations symbolisent les grandes conceptions du Bouddhisme, incluant les relations des déités avec le monde des mortels au travers de leurs agents de communication, les bodhisattvas.

Le 17 mars à New York, Sotheby's vend une thangka Tibétaine de cette période, lot 1019 estimé $ 800K. Cette oeuvre rigoureusement carrée, 125 x 125 cm, est conçue comme le plan d'un monastère, avec une mandala centrale abritant les divinités assises sur leurs trônes. Cette structure circulaire est située dans une pièce carrée elle-même protégée des dangers du monde extérieur par un corridor gardé par des sentinelles.

La mandala est présidée en son centre par le dieu blanc de la grande lumière, Vairochana. A chacun des quatre points cardinaux, Vairochana est accompagné d'une déité colorée elle-même flanquée de quatre bodhisattvas. Ces déités sont elles aussi des figures majeures incluant par exemple Amitabha qui aura un grand rôle dans la dévotion bouddhiste.

La paix et la méditation sont totales à l'intérieur de la mandala, en opposition avec les tourments du monde extérieur symbolisés par les langues de feu et par les arbres courbés par le vent. Les fidèles ne peuvent pas entrer mais prient afin d'entrer en contact avec les bodhisattvas.