29 mars 2015

Carabin et l'Envol des Allégories

Rupert Carabin était un artisan qui avait reçu initialement une formation de graveur de camées. A l'aube du XXème siècle, ce contemporain de Linke mais aussi de Rodin offre une transition entre la décoration symboliste du siècle précédent et un art nouveau plus expressif.

Ce fabricant de meubles intègre dans ses pièces des nus féminins qui expriment les passions, avec un réalisme morphologique qui exclut l'érotisme. Mal compris en son temps, sa recherche de création de meubles fonctionnels flanqués de thèmes figuratifs anticipe cependant Rateau et même Le Corbusier.

Le 8 avril à Paris, Millon vend une pendule de table signée par Carabin en 1910, dans la brève période où son importance artistique est reconnue. Elle est estimée € 150K, lot 23.

La pendule est insérée dans un bloc d'améthyste qui supporte un bronze patiné d'1m de haut. Cette oeuvre unique réalisée sur commande est intitulée L'Envolée des heures.

Le bronze montre six femmes nues. Trois d'entre elles forment une chaîne similaire à une fumée tourbillonnante, la dernière femme exprimant l'effroi d'être arrivée aussi haut. Les trois autres femmes ne parviendront pas à stopper ce mouvement ascendant ni l'inexorable dérive du temps.

Je vous invite à jouer la vidéo partagée sur YouTube par la maison de ventes :