21 mars 2015

Ruiz Picasso entre Deux Deuils

Le nouveau siècle est propice aux rêves et aux ambitions. Pablo Ruiz Picasso, âgé de 19 ans, est hyperactif en 1900 à Barcelone. Le cabaret des Quatre Gats, qu'il fréquence assidument, lui offre sa première exposition et il ouvre son premier atelier avec Casagemas. A la fin de l'année, el rey Pablo ira chercher la gloire à Paris

Sa première spécialité cette année-là est le portrait des personnages de la bohême Barcelonaise, inspiré par les caricatures de Casas. Intéressé par l'extension de ses thèmes, il essaye aussi la scène de genre et la tauromachie.

Il accepte de réaliser l'illustration d'une nouvelle macabre pour un magazine local. La Boija est un petit dessin montrant à mi-corps le portrait d'une femme. Elle a la détresse psychologique des folles de Géricault dans une mise en scène de solitude digne de Munch.

Picasso n'avait pas besoin de connaître ces deux maîtres pour élaborer cette composition forte : son jeune talent était déjà suffisant. Sans aucun doute, ce thème de commande a ravivé en lui le traumatisme de la mort de sa jeune soeur Conchita en 1895.

Ce dessin 14 x 10 cm à l'encre, lavis, gouache et pastel signé P Ruiz Picasso est estimé € 300K, à vendre par Christie's à Paris le 25 mars, lot 10.

En 1901, le suicide de Casagemas éconduit par une danseuse du Moulin Rouge est un nouveau traumatisme qui plonge Pablo dans sa période bleue, dans un style d'une très haute originalité et force expressive pour laquelle La Boija avait joué le rôle de précurseur. Ruiz est un nom trop répandu en Espagne : il signe désormais Picasso, tout simplement.