15 avr. 2015

L'Atelier du Midi

Arrivé à Arles en 1888 à la fin de l'hiver, Vincent van Gogh a communié avec la nature de Provence, avec les merveilleuses couleurs du printemps du haut de Montmajour et le dur soleil d'été sur les travaux des champs.

Il emménage à la Maison jaune où il veut créer une communauté d'artistes qu'il nomme L'Atelier du Midi. Paul Gauguin arrive le 23 octobre.

Une période de beau temps, du 29 octobre au 2 novembre, permet une première session de plein air. Les deux artistes posent leurs chevalets aux Alyscamps dominés par la couleur jaune vif des feuilles d'automne.

Il faut qu'ils arrivent à se comprendre. Deux des peintures de van Gogh cloisonnent les formes dans des traits nets qui pouvaient plaire à Gauguin. Leurs conceptions très différentes de la création artistique commencent cependant à opposer les deux artistes dès ce premier essai. Gauguin est un cérébral pour qui le résultat doit être conforme à sa conception initiale, van Gogh est un impulsif qui désire que le geste et la spontanéité contribuent à la composition.

Le 5 mai à New York, Sotheby's vend une vue des Alyscamps peinte le 1er novembre 1888, huile sur toile 92 x 74 cm, lot 18. Le communiqué de presse du 13 avril espère un prix au-delà de $ 40M.

La composition est géométrique, avec la grande perspective de l'allée d'arbres. L'opposition entre les couleurs chaudes du sol et des arbres et le bleu froid du ciel éloigne résolument ce van Gogh par rapport aux à-plats de Gauguin. L'expression est renforcée par les riches nuances de la palette. Cette peinture contient les éléments qui généreront l'incompréhension puis la brouille entre les deux grands artistes.