4 mai 2015

La Couleur Transcendante de Mark Rothko

En 1958, Mark Rothko est célèbre et mécontent. Il est mécontent parce qu'il est célèbre et qu'il voit le public admirer les jeux d'équilibre entre les couleurs vives de ses rectangles. Lui qui voulait montrer la variété des émotions depuis le mystique jusqu'au profane est-il plus qu'un simple décorateur ?

Il accepte dans un premier temps l'énorme commande pour le restaurant du Seagram's building mais son désarroi sera le plus fort. Dans un extraordinaire élan de créativité, il rejette les couleurs vives. Rembrandt savait faire jaillir la lumière de l'ombre, il n'y a aucune raison que Rothko n'y parvienne pas.

Le 15 mai 2013 à New York, Christie's vendait pour $ 27M incluant premium un Black on maroon 183 x 114 cm qui participe à cet élan et n'est pas encore un symptôme de la déprime tragique de l'artiste dans la décennie suivante.

Le 13 mai à New York, Christie's vend au lot 35B No 10 (1958), huile sur toile 239 x 176 cm. Une infinie variété de couleurs à dominante brune s'entremêle sur cette peinture où la structure des rectangles est remplacée par un somptueux effet de halo.

Quand il rompit avec Seagram's, Rothko déclara non sans méchanceté qu'il voulait couper la faim aux convives du restaurant. Avec ce No 10 contemporain de ce projet raté, l'artiste frustré a voulu remplacer le sensationnel par le sublime mais son art est devenu de plus en plus élitiste.

La vidéo partagée par Christie's démontre l'extrême importance de cette année-là dans le processus créatif de cet artiste au tempérament difficile.