17 mai 2015

Les Nouveaux Dieux de Wifredo Lam

La culture globale de Wifredo Lam anticipe la mondialisation contemporaine. Il est né à Cuba, fils d'un Chinois et petit-fils d'un mulâtre Cubain et d'une esclave Congolaise. Sa marraine est une guérisseuse Vaudou.

La sensibilité de Wifredo Lam n'est pas mystique mais sociale. Combattant Républicain, il rencontre Picasso après Guernica. Il peuplera ses peintures de personnages fantastiques dont les formes hybrides mêlent l'humain, l'animal et le végétal sans omettre l'influence esthétique des fétiches Africains.

Ses compositions surréalistes convoient un message politique en faveur du tiers monde, guidé par des titres qui se rattachent souvent à la mythologie Yoruba. Les figures toutes-puissantes annoncent un monde différent.

Le 26 mai à New York, Phillips vend une huile sur toile 100 x 100 cm peinte en 1947, lot 25 estimé $ 2M.

Intitulée tout simplement Présages, cette oeuvre a les caractéristiques d'une nativité fantastique et multiple. Une grappe de quatre petites sphères dont deux sont cornues est lovée dans l'un des bras feuillus du personnage qui est forcément la femelle. L'être qui survole la scène comme un ptérodactyle est donc le père. Un peu plus loin, un troisième personnage avec la tête triangulaire d'un masque Africain assiste à l'évènement.

Des Présages de liberté apparaissent effectivement en 1947 avec la fin de la période coloniale en Inde et en Palestine, deux ans après la fin de la seconde guerre mondiale.