14 juin 2015

Le Continuateur de Velazquez

Le portrait d'Innocent X par Velazquez est un des plus grands chefs d'oeuvre de l'art. Contrairement à la Joconde de Leonardo, l'intention de l'artiste est connue.

Innocent X bénéficiait d'une carrière acceptable qui avait justifié son élection mais il était complètement dominé par la veuve de son frère, une femme avare et cupide. Lui-même était méfiant, et avait eu des réticences à poser pour Velazquez dont il doutait des talents.

Sur cette peinture, il n'est pas un puissant pontife mais un homme ordinaire, sous une intense tension avec son regard de biais et ses lèvres serrées. Il n'a pas aimé ce portrait : trop vrai.

Francis Bacon admirait la psychologie complexe de ce chef d'oeuvre, et pas la peinture elle-même qu'il n'alla jamais voir. Elle inspira ses premiers amalgames entre la faiblesse des puissants et le hurlement du Cuirassé Potemkine. L'artiste athée trouvait dans cette contradiction un argument concernant la faiblesse humaine contre laquelle la religion reste inutile.

En 1961, Bacon est invité à préparer une exposition à tenir à la Tate Gallery. Ses Innocent X sont déjà célèbres. Il réalise une nouvelle série de six peintures en grand format sur ce thème.

L'attitude du personnage imite de très près Velazquez. Le trône doré est remplacé par un affreux siège noir qui renforce l'expression antipathique, comme si le pape était l'imposteur de sa propre dignité officielle. Dans cette séquence, Innocent s'affaisse progressivement jusqu'au geste d'impuissance de l'image finale avec les deux bras levés. Le regard n'est plus méfiant mais stupide.

La première peinture de cette séquence, huile sur toile 153 x 120 cm, a été vendue pour $ 10,1M incluant premium par Christie's le 8 novembre 2005. Ce prix exceptionnel pour l'époque pour une oeuvre de Bacon a déclenché l'intérêt du marché de l'art pour cet artiste. Elle est maintenant estimée £ 25M à vendre par Sotheby's à Londres le 1er juillet, lot 14.