10 juin 2015

Les Masques d'Epaules Baga

Les Baga aiment fêter la nature et tentent de s'approcher du ciel. Leur serpent de bois de 2 m de haut est porté sur la tête d'un danseur pour imiter et accrocher l'arc en ciel.

Le masque d'épaules Baga est le plus monumental masque de danse d'Afrique, mesurant autour de 1,30 m de haut et pesant environ 60 Kg. Conçu pour être posé sur les épaules, il a la forme d'un colossal buste de femme. Les trous pour les yeux sont percés à la hauteur des seins. Une jupe de textile est accrochée aux anneaux, alourdissant encore plus cet équipement qui ne peut être dansé que par un homme fort.

Les experts ne sont pas d'accord entre eux sur la signification d'origine, mystique ou festive, de ces masques qui accompagnent les mariages et les récoltes. La forme de la tête est très spécifique avec un menton allongé et un gros nez, bien que ce modèle ait été réalisé au fil du temps par des artistes différents.

Nommés masques D'mba chez les Baga, ils sont devenus un des symboles de l'art Africain, et considérés comme un très bon exemple de la symbolisation de la fécondité.

Picasso était fasciné par un de ces masques qu'il possédait. Son coup de foudre pour Marie-Thérèse Walter dans une rue de Paris est lié au gros nez de la jeune blonde qui lui offrait sans le savoir la démonstration que l'idéal féminin peut être multi-racial. Pablo exploita cette idée dans les premiers bustes de sa muse.

Le D'mba est resté une pièce maîtresse du folklore Guinéen. En février 2015, la communauté Baga a fait une demande pour qu'il soit inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO.

L'une de ces pièces qui appartenait à la collection Vérité a été vendue pour € 2,25M incluant premium par Enchères Rive Gauche le 17 juin 2006. Ce masque est estimé € 1,5M à vendre par Christie's à Paris le 23 juin, lot 42. Il est un des trois lots présentés par la maison de ventes dans la vidéo ci-dessous, incluant le Kota Rubin précédemment discuté dans cette chronique.