26 juil. 2015

Ferrari améliore son Moteur

La maîtrise du châssis et du moteur est la clé des premiers succès de Ferrari, avide et pressé de vaincre Alfa Romeo. Ses deux ingénieurs motoristes sont soumis à une féroce concurrence interne.

Colombo équipe les premiers modèles en assemblant le moteur à douze cylindres souhaité par Ferrari. Ils sont de faible volume mais une 125 S obtient la première victoire dans une compétition locale sur piste à Piacenza le 25 mai 1947. La 166 MM attaque la compétition sur route, prenant son sigle en référence aux Mille Miglia.

Lampredi conçoit un moteur innovant pour Ferrari, également à douze cylindres. Le 3,3 litres est prévu pour le sport sur route et le 4,1 litres est d'abord destiné à la Formule 1.

En 1950, les deux premières voitures équipées du moteur 3,3 litres sont des Ferrari 275 S, carrossées en barchettas par Touring. Malgré un démarrage prometteur aux Mille Miglia, les deux voitures sortent de la course pour la même anomalie, une rupture de l'essieu arrière. Le patron n'aime pas la défaite : il n'y aura pas d'autre 275 S.

Les deux 275 S sont renvoyées à l'usine et équipées du moteur 4,1 litres qui les transforme en Ferrari 340 America. Elles auront désormais un historique de course acceptable.

La première de ces deux 275S/340 est estimée $ 7,5M, à vendre par RM Sotheby's à Monterey le 14 août, lot 217.

Comme la plupart des voitures de cette période, elle a subi des transformations. Après sa retraite de compétition, sa carrosserie a été refaite par Scaglietti, toujours en barchetta. Le moteur 4,1 litres a ensuite été enlevé par un collectionneur consciencieux qui l'a soigneusement maintenu, et il a été réinstallé.

Pilotée par Ascari en 275 S aux Mille Miglia en 1950, cette voiture a réapparu plusieurs fois dans cette compétition à partir de 2005. Je vous invite à regarder la vidéo partagée par RM Sotheby's, démontrant son parfait état de fonctionnement.