4 juil. 2015

Les Déjeuners de Heda

Willem Claesz Heda voulait que ses peintures ressemblent à s'y méprendre aux objets réels. Il y parvint par un soin extrême apporté aux textures et une étude attentive des réflections de la lumière.

Pendant quatre décennies, il traita un thème unique : la nature morte de nourritures et d'ustensiles du petit déjeuner, posés sur une nappe couvrant presque entièrement la table. Ce choix était peut-être inspiré par sa formation initiale de peintre de vanités. Le fruit est éphémère et l'ustensile est permanent.

Dans les années 1630, la composition est rigoureuse, dans une très grande simplicité qui inspirera certainement le minimalisme de Coorte un demi-siècle plus tard. Les nourritures sont strictement incluses dans le périmètre du plateau de la table. Seuls le haut des ustensiles et la pelure pendante du citron débordent de cette zone.

Le 8 juillet à Londres, Sotheby's vend une huile sur panneau 59 x 80 cm peinte en 1633, lot 12 estimé £ 2M.

Cette peinture est un bon exemple de l'augmentation du réalisme par un traitement subtil de la lumière. Les zones claires et sombres du fond indiquent d'où vient la lumière du jour. L'environnement qui échappe à la vision directe est cependant visible par le reflet multiple d'une unique fenêtre, dans les verres, l'argenterie et les olives mais pas dans les étains.

Les compositions ultérieures avec une nappe chiffonnée et un plus grand nombre d'objets sont plus complexes. L'artiste voulait démontrer que sa maîtrise de la géométrie pouvait être appliquée non seulement à l'ordre mais aussi au désordre. Une huile sur panneau 81 x 102 cm peinte en 1644 a été vendue pour £ 4,8M incluant premium par Christie's le 8 juillet 2014 sur une estimation basse de £ 1,5M.