23 août 2015

La Vénus de Hampstead

A Londres depuis 1949, Francis Newton Souza dessine et peint des portraits grotesques. Pendant que Bacon trouve son inspiration dans Velazquez, Souza voit Titien. Une huile sur toile 122 x 104 cm peinte en 1955 intitulée Titian's grandfather a été vendue pour Rs 2,25 crore incluant premium par Saffronart le 6 décembre 2007.

La même année, l'oeuvre la plus importante de Souza est intitulée Birth. Cette huile sur panneau 122 x 244 cm est estimée $ 2,2M, à vendre par Christie's à New York le 17 septembre, lot 709.

La préoccupation anti-religieuse de l'artiste à cette époque fait interpréter cette scène comme un pastiche de la Nativité chrétienne. L'ambiance de l'appartement est sombre comme une crèche mais le paysage urbain de Hampstead où Souza essayait alors de vivre est visible au travers d'une structure ressemblant aux vitraux d'une église.

La femme est nue. Son ventre hémisphérique est proche de l'explosion. Le barbu en habits liturgiques à gauche de l'image ne s'occupe pas d'elle. Elle n'est pas attirante. Il est l'image du péché, ou peut-être un autoportrait. Le point focal de Souza contre la religion chrétienne est l'hypocrisie de la rédemption. La texture du corps nu est un indéchiffrable graffiti craquelé qui ajoute à l'abjection de la scène, anticipant Twombly.

Les critiques voient l'Olympia de Manet comme modèle à cette femme de Souza. Je serais plutôt tenté d'y reconnaître la Vénus d'Urbino, un symbole de fécondité et donc indirectement de péché peint par Titien, l'un des plus importants artistes chrétiens.