1 août 2015

Prototype ou Grand Tourisme

Ferrari améliore ses modèles, mais le haut de gamme est trop élitiste. Les autorités de régulation des courses durcissent contre lui la définition du Grand Tourisme, qui doit s'appuyer sur une production commerciale au-delà de 100 unités. Les voitures non qualifiées pour cette catégorie sont des Prototypes, moins en vue du grand public.

La 250 GTO a été homologuée GT de justesse. L'argument de Ferrari selon quoi elle est une variante de la berlinette 250 GT SWB est techniquement difficile à contrer. L'histoire de la 250 LM sera différente et cette voiture tout aussi efficace que la 250 GTO n'atteindra pas le même prestige.

Ferrari ne parvient pas à homologuer la LM. Les officiels n'ont pas été dupés. Elle n'est pas réellement une GT car elle est dérivée du prototype 250 P à moteur 3 litres lancé en 1963 pour la compétition sur piste. La LM ne devrait pas non plus être une 250, son moteur 3,3 litres la rangeant dans la nouvelle classe des Ferrari 275 inaugurée au même moment.

32 Ferrari 250 LM sont construites, la plupart d'entre elles en 1964. La carrosserie est réalisée par Scaglietti sur un design par Pinin Farina. Elles sont avant tout destinées à la piste. L'une d'elles gagne les 24 heures du Mans en 1965, pilotée par Jochen Rindt.

Une 250 LM fabriquée en 1964 est restée dans un état d'origine exceptionnel après un historique de course sans incident. Elle a été vendue pour $ 14,3M incluant premium par RM Auctions le 21 novembre 2013. Une autre qui avait brûlé en 1969 a été vendue pour $ 11,6M incluant premium par RM Auctions le 15 août 2014.

Le 13 août à Monterey, RM Sotheby's vend une 250 LM également de 1964, lot 113, qui est une des mieux préservées de ce modèle après un historique intensif de compétition.