12 août 2015

Une Longue Amitié Franco-Ecossaise

En 1798, deux jeunes gens font une rencontre inopinée en pleine mer au large de Cuba. Tous deux sont influencés par les idées sociales de l'époque. Tous deux auront une grande carrière.

Le duc d'Orléans, proscrit comme fils d'un régicide, navigue avec ses deux jeunes frères sur un bateau Américain sans confort. Le bateau Britannique offre de les recueillir. Le duc tombe à l'eau et nage jusqu'à la poupe. Il est reçu à bord par un marin Ecossais.

Thomas Cochrane, futur Lord Cochrane et comte de Dundonald, sera un très efficace capitaine, promoteur de la guerre chimique et pionnier de la marine militaire à vapeur. Son engagement radical fait de lui un enfant terrible de la marine Britannique, et il devient un homme clé de la libération de l'Amérique du sud et de la Grèce. Il est pardonné en 1832 par le nouveau roi William IV.

Le duc d'Orléans, devenu en 1830 Louis-Philippe Ier roi des Français, se souvient de son ami. En 1843, il lui offre un coffret avec deux pistolets de très grand luxe fabriqués par Jules Manceaux à Paris. Les armes sont incisées à l'or fin contrairement à l'habitude du temps qui se contentait d'un damasquinage.

Cet ensemble de qualité royale est estimé $ 150K à vendre par RIAC à Rock Island le 12 septembre, lot 1163. Il est le témoin non seulement d'une longue amitié Franco-Ecossaise mais aussi de l'évolution des sensibilités politiques dans la première moitié du XIXème siècle.