26 sept. 2015

Abstraction Coréenne

L'art de Kim Whanki s'était d'abord positionné à la frontière extrême de l'abstraction et de la figuration, invitant l'observateur à reconnaître des formes stylisées. En optant plus tard pour une abstraction totale, l'artiste offre une synthèse de l'art occidental et de la sensibilité Coréenne.

Kim Whanki a retenu la force expressive du minimalisme et le goût traditionnel Coréen pour le pointillisme. Travaillant à New York à partir de 1963, il peut se consacrer à son art. Les titres de ses oeuvres, évoquant l'air, le son, le calme, le cosmos, oubliant enfin les angoisses de la guerre de Corée, renforcent la comparaison avec l'art zen. Il est un contemporain de VS Gaitonde et d'Agnes Martin.

Kim Whanki est un continuel expérimentateur. Pour réaliser ses toiles pointillistes du début des années 1970, il utilise l'absorption de la couleur dans les interstices de la toile, permettant d'obtenir un effet homogène sur une grande surface.

Le 5 octobre à Hong Kong, Seoul Auction vend une peinture pointilliste 253 x 202 cm réalisée en 1971, lot 44 estimé HK$ 20M. Cette oeuvre n'a pas d'autre titre que sa date mais nous fait pénétrer à la manière de l'expressionnisme abstrait jusqu'au coeur d'une nébuleuse d'étoiles. Un détail de sa texture est illustré sur le communiqué partagé par Blouin Artinfo.

La mort prématurée de Kim Whanki en 1974 a certainement empêché l'artiste d'être reconnu comme un des créateurs les plus authentiques de l'abstraction moderne dans la voie expérimentale ouverte par Burri et Klein.