12 sept. 2015

Le Foie et l'Anémie

La médecine et la pharmacie ont beaucoup progressé par l'expérience empirique. Le prix Nobel en Physiologie ou Médecine marque une longue liste de victoires sur des maladies précédemment incurables. Il a été attribué en 1934 à Whipple, Minot et Murphy pour leurs travaux concernant l'anémie pernicieuse.

Le mécanisme de la maladie n'est pas connu quand Whipple émet l'hypothèse que le foie y a un rôle. Il montre sur des chiens que l'absorption d'extraits de foie inverse l'évolution d'une anémie provoquée. En 1926, Minot et Murphy utilisent ses résultats pour préparer du jus de foie pour les malades atteints des syndromes de l'anémie pernicieuse. La maladie est vaincue.

L'histoire pharmaceutique ne s'arrête pas là, fort heureusement. Dès 1928, un autre chercheur qui n'a pas été associé au Nobel prépare le médicament par extraits injectables qui évitent désormais au malade d'avaler quotidiennement des quantités importantes de foie. En 1948, la cause de l'anémie pernicieuse est identifiée comme étant une carence d'absorption par l'intestin d'une vitamine précédemment inconnue.

Le 21 septembre à New York, Bonhams vend en un seul lot la médaille et le diplôme Nobel de George Minot accompagnés de différents documents, lot 46 estimé $ 200K.

L'un de ces documents est particulièrement remarquable. Minot était un grand diabétique, sauvé d'une mort certaine par la découverte de l'insuline en 1921. Frederick Banting lui écrit de Toronto pour le féliciter de son prix et lui indiquer comment il pourra obtenir de l'insuline pendant son voyage en Suède.