11 sept. 2015

Le Passage d'Irving Penn

Irving Penn avait connu la gloire dans les années 1950 comme photographe de mode et de personnalités. Il avait épousé Lisa, considérée comme la pionnière des top-models. A cette époque, le noir et blanc domine complètement l'art photographique, d'abord parce qu'il permet de subtils contrastes et ensuite parce que la conservation des couleurs n'est pas garantie.

Trente ans plus tard, Penn est un des rares maîtres de la photographie d'après guerre à adopter la couleur. Il vieillit et observe désormais la dégradation des fruits et des objets d'usage courant. Les choses dans leur plus grande splendeur ne l'intéressent plus, il préfère réaliser des photos parfaites du début de leur dégénérescence.

Le gingko est un petit arbre ornemental commun à New York où ses feuilles jaunissent les rues à l'automne. Il est aussi un symbole de longévité et d'immortalité, considéré comme la plus ancienne espèce d'arbre survivante des temps géologiques, avec des spécimens millénaires.

En 1990, Penn dispose deux feuilles de gingko tête bêche bien à plat sur une surface blanche. Depuis le temps de ses photos de mode, l'artiste utilise des fonds blancs ou neutres pour éviter d'égarer l'attention du spectateur hors du thème principal. L'une des feuilles commence à jaunir sur les bords, l'autre est déjà desséchée.

Cette photo plait à Penn. L'année suivante, il la choisit comme couverture pour son recueil rétrospectif au titre significatif : Passage. En 1992, l'année de la mort de Lisa, il édite cette photo en 22 exemplaires 58 x 48 cm. L'un d'eux a été vendu pour € 343K incluant premium par Christie's le 1er juillet 2014. Un autre est estimé $ 300K à vendre par Christie's à New York le 5 octobre 2015, lot 34.