8 sept. 2015

Le Prophète de la Pluie

Admirateur de Woody Guthrie, Bob Dylan a une sensibilité sociale exacerbée qu'il entretient avec ses amis de Greenwich Village à New York. Pendant l'été 1962, il conçoit son poème It's a hard rain gonna fall. Il a 21 ans.

La composition par strophes de questions et réponses est une imitation de Lord Randall, une ballade médiévale publiée par Walter Scott en 1803. Le thème de Dylan est apocalyptique, chaque vers donnant une image courte et forte d'une catastrophe majeure vue par les yeux d'un enfant.

Le poème apparaît comme pessimiste. Le premier brouillon se terminait pourtant par une vive incitation à l'action : "It's a hard rain must fall". Il incluait aussi un vers qui était trop terrible pour être maintenu dans la version officielle : "I heard the sounds of some people who cried they were human".

Ce document dactylographié a été utilisé par Dylan pour améliorer son texte et inclut de nombreuses modifications autographes. Il est estimé £ 150K à vendre par Sotheby's à Londres le 29 septembre, lot 71.

La crise des missiles de Cuba est déclenchée alors que Dylan travaille encore à son poème et compose sa musique, avec le titre légèrement modifié A hard rain's a gonna fall. Le message du poète atteint une force contestataire et humaniste considérable. Le brouillon final précédant l'enregistrement a été vendu pour $ 485K incluant premium par Sotheby's le 24 juin 2014. A la même vente, le manuscrit de Like a rolling stone a été vendu pour $ 2,05M incluant premium.

Dylan n'a jamais confirmé ni nié clairement l'influence directe des événements politiques internationaux sur son poème. L'histoire ancienne ou récente incluant l'esclavage aux Etats-Unis, la Shoah en Europe et Hiroshima suffisait pour entretenir sa vision désespérée.

Dylan fut un prophète de la dérision de ce rêve Américain qui n'avait pas su s'opposer aux injustices. Dans les arts graphiques, Warhol entre en scène la même année et brouille la signification de Marilyn.