12 oct. 2015

Degas après l'Impressionnisme

En opposition avec le goût bourgeois pour l'art classique, les peintres impressionnistes devaient chercher des ressources pour vivre. La solution est trouvée par un marchand, Paul Durand-Ruel, qui organise leur première exposition à New York l'année même de la huitième et dernière exposition Parisienne du groupe, 1886.

Les impressionnistes avaient cultivé leurs nouvelles manières de peindre mais n'étaient pas des théoriciens. Leur temps était passé. Manet était mort. Monet avait fui la ville. De nouveaux arrivants tiraient les conséquences de leur style pour aller plus loin dans l'expression et la couleur : Cézanne, Gauguin, van Gogh, Seurat.

Enthousiasmé par l'idée d'une peinture libre, Degas a accompagné de bout en bout le mouvement impressionniste, qu'il avait voulu nommer les Intransigeants. Sa technique personnelle est cependant différente. Il est le maître du pastel aux couleurs franches qui ne cachent pas le dessin.

Dans cette crise de la fin de l'impressionnisme, Renoir et Degas retrouvent l'influence d'Ingres. Leurs personnages sont des femmes humbles occupées à des occupations tranquilles où le nu intégral ne choque pas : le bain, la toilette, la coiffure. Dans les nuances de couleurs réalistes, les nus en plein air par Renoir sont idéaux et les nus en intérieur par Degas sont détaillés avec un excès qui fera accuser l'artiste de misogynie.

Autour de 1886, les pastels de Degas conservent une recherche de sensibilité des couleurs dominées par la chair et les cheveux roux. Le fond en flou artistique contribue à cette douce harmonie. Plus tard, ses couleurs seront souvent plus dures.

Le 4 novembre à New York, Sotheby's vend une femme de dos se peignant par Degas, Ce pastel sur papier monté sur planche 71 x 59 cm n'est pas daté mais offre le style et les caractéristiques de cette période. Il est estimé $ 15M, lot 21T.