14 oct. 2015

La Réception de Coysevox

Le roi et sa cour veulent exhiber et démontrer leur dignité pendant le règne de Louis XIV. Le buste est mis à la mode par Girardon.

Antoine Coysevox (orthographié Coyzevox par lui-même) choisit cette voie. Son travail intéresse l'Académie Royale de Peinture et de Sculpture qui accueille favorablement ses deux pièces de réception, les bustes en marbre blanc de Le Brun et de Colbert.

Colbert fut un des plus importants et influents ministres de l'histoire de France et le protecteur de toutes les Académies. Le Brun était le référent du goût avec un titre de premier peintre du roi. Ils sont satisfaits de leurs figures faites par Coysevox. Avec de tels protecteurs, sa carrière est lancée.

Ce buste de Colbert de 71 cm de haut sculpté en 1677 dans un beau marbre probablement de Carrare a aussitôt été offert par l'Académie à l'homme d'Etat. La figure expressive et bienveillante, remarquablement réaliste, rompt avec la tradition de ce genre qui avait plutôt été inspiré par les monuments funéraires. L'importance de la personnalité est attestée par la décoration du Saint-Esprit en travers de sa veste.

Ce marbre était resté dans la famille de Colbert. Il a été classé trésor national en 1937, ce qui interdit son exportation mais ne l'empêche pas de rester en mains privées. Il sera vendu le 12 novembre à Paris par Leclère, lot unique de cette maison de vente dans une vente collégiale à l'Hôtel Drouot.