16 oct. 2015

Menaces sur Arles

Vincent van Gogh est arrivé à Arles en février 1888. Il décide d'y rester, charmé par la beauté de la campagne avoisinante. Ses peintures de vergers en fleurs sont joyeuses.

Sa santé mentale avait toujours été fragile. La tension de ses relations avec Gauguin précipite ses crises de délire nécessitant des internements en hôpital psychiatrique. Son incompréhension concernant la cause de sa maladie aggrave son état. Il ne peut pas travailler pendant ses crises.

Le 5 novembre à New York, Sotheby's vend Paysage sous un ciel mouvementé, huile sur toile 60 x 74 cm, lot 14 estimé $ 50M. L'oeuvre a été réalisée à mi-avril 1889 dans une très brève période d'accalmie qui lui permettait à nouveau de peindre en extérieur. Cette campagne insignifiante des environs d'Arles n'est pas localisable avec précision.

Le printemps apparaissait bien différent de celui de l'année précédente. La prairie fleurie qui occupe tout le premier plan n'est pas accueillante bien qu'un petit personnage vienne y cueillir des fleurs. Elle est bien éclairée sans être ensoleillée. Les arbres au loin sont tordus par le vent.

Les nuages sont un impasto épais associant toutes les nuances de gris, avec une grande violence qui annonce les tourbillons du ciel étoilé des mois suivants. Cette peinture tourmentée atteste déjà de la glissade inéluctable du génie dans la démence.