14 nov. 2015

La Dispersion de la Lumière

En 1666 Isaac Newton âgé de 24 ans travaille à l'amélioration de l'optique des télescopes. Son observation selon laquelle la génération du spectre est liée aux propriétés physiques de la lumière et non à celles du prisme est une des plus importantes avancées scientifiques de son temps. Il la démontre de façon irréfutable quand il recompose la lumière blanche par un second prisme.

En 1672, il a réussi à supprimer l'aberration chromatique dans les télescopes et commence à faire des conférences que la Royal Society publie dans ses Philosophical Transactions.

Le grand savant avait une personnalité très difficile et n'acceptait pas la contradiction. Robert Hooke, qui avait considéré avant Newton une propriété ondulatoire de la lumière, conteste certains éléments. La haine entre les deux savants est irrémédiable. Newton refusera de publier son livre sur la lumière du vivant de Hooke.

Heureusement, Newton a aussi des amis comme Edmund Halley qui l'aide à publier en 1687 son livre séminal sur l'utilisation des mathématiques pour modéliser les propriétés gravitationnelles de la matière, les Philosophiae Naturalis Principia Mathematica.

Opticks paraît enfin à Londres en 1704, curieusement sans nom d'auteur, l'année qui suit la mort de Hooke. Newton a ajouté deux chapitres concernant les figures curvilinéaires, dans le but d'établir sa priorité par rapport aux travaux en cours par Leibniz.

L'exemplaire d'Opticks offert par Newton à Halley est estimé $ 400K à vendre par Sotheby's à New York le 4 décembre, lot 918. Il n'est pas dédicacé mais Halley a écrit sur la page de titre intérieur : "Luceo. Ex dono doctissimi authoris". Luceo, qui ne signifie rien en latin, est un élan d'enthousiasme basé sur Lux.