15 nov. 2015

La Lanterne Brisée

L'âge d'argent avait régénéré les super héros des comics mais à l'époque des hippies les envies des adolescents changent, dans un sens qui ne plait généralement pas à leurs parents. En réaction, pour maintenir le public, l'âge de bronze commence.

DC Comics reste le leader de ce marché. La rupture de style et de thème démarre en avril 1970 avec leur numéro 76 du magazine Green Lantern, le premier de la série à double titre Green Lantern - Green Arrow.

Le personnage de Green Lantern, hyper-musclé dans son costume ressemblant à Superman, est un vétéran des comics. Avec la couverture du 76, tout change. Il casse lui-même d'un geste rageur la lanterne qui assurait ses pouvoirs magiques depuis 30 ans. Son visage exprime la haine, mais toute sa violence est dirigée contre le mal. Il protégera les adolescents même contre leur gré.

Le texte de sa parole est une profession de foi : In brightest day, in darkest night, no evil shall escape my sight.

L'autorité de régulation de la morale des comics, le Comics Code Authority, accepte d'ouvrir le genre aux problèmes sociaux. Les comics sont autorisés en 1971 à discuter de la drogue, de l'alcool, de la corruption politique et de la pollution environnementale à la condition absolue de les montrer comme néfastes.

Green Lantern - Green Arrow consacre ses numéro 85 et 86 à la drogue. Le maire de New York est ravi mais les adolescents ne sont pas dupes. L'échec commercial entraîne l'arrêt du magazine après le numéro 89.

Le dessin original par Neal Adams pour la couverture du 76 est estimée $ 300K à vendre par Heritage à Beverly Hills le 20 novembre, lot 92004. Je vous invite à regarder la vidéo partagée sur YouTube par la maison de ventes.