14 nov. 2015

Le Tourbillon d'Acier

A la fin du XVIIIème siècle, les observatoires astronomiques deviennent les arbitres de la précision des chronomètres, organisant des concours réguliers et octroyant des labels aux mécanismes qui passent les essais avec succès. Les épreuves incluent l'endurance et les effets de la position et de la température, ces trois critères pouvant être cumulés.

A Genève, le premier concours est organisé en 1790. Kew, Neuchâtel et Besançon créeront des concours similaires au siècle suivant.

Dans les années 1920, Patek Philippe mène en parallèle la miniaturisation et l'obtention de la précision. En Suisse, on n'est pas pressé. Les mécanismes destinés au concours font leurs preuves pendant plusieurs années dans les ateliers avant d'être présentés au concours. L'assemblage dans un boîtier et la mise en vente sont ultérieurs à la certification par l'observatoire.

Le 1er décembre à Hong Kong, Phillips vend un tourbillon en acier inoxydable avec une durée de régulation d'une minute, lot 315 estimé HK$ 3,9M.

Le mécanisme a été réalisé en 1924 et a gagné le premier prix à Genève en 1931. Après avoir été monté dans un boîtier en or, cette montre de poche a été vendue en 1935 à son premier propriétaire privé.

Le tourbillon est un système de cage tournante breveté par Breguet en 1801 mais pour lequel il n'était pas parvenu à surmonter les difficultés de réalisation. Le tourbillon compense les effets de la gravitation terrestre mais avait la mauvaise réputation de perdre en précision quand l'instrument était penché. Le prix obtenu par Patek Philippe en 1931 démontre leur parfaite maîtrise de cette technique difficile pour des exemplaires uniques ou de très petite série.