25 déc. 2015

Amours Mystiques à Gênes

Né à Pise, Orazio Gentileschi commence sa carrière à Rome. Il ne suit pas l'anti-maniérisme des Carrache ni le ténébrisme de Caravaggio. Son art est cependant moderne pour son temps avec de beaux contrastes et un naturalisme plaisant.

En 1621, il est invité par le riche marchand Génois Giovanni Antonio Sauli, fils d'un ancien doge, à travailler dans son palais comme peintre et comme conseiller artistique. Gentileschi réalise trois peintures monumentales sur le thème de l'amour mystique, prétexte à des nus sensuels.

Sublimant les religions, l'artiste choisit ses histoires dans l'Ancien Testament, les paraboles Chrétiennes et la mythologie Grecque. Les filles de Loth marquent l'espoir, Danaé l'annonciation et Madeleine la repentance. Le succès est immédiat et selon la pratique de son temps le peintre réalisera lui-même des copies.

Les trois peintures originales du Palazzo Sauli sont longtemps restées dans la descendance du patron. Danaé, huile sur toile 161 x 227 cm, est estimée $ 25M à vendre par Sotheby's à New York le 28 janvier, lot 41.

La princesse est nue sur son lit défait à l'exception d'un voile de chasteté. Cupidon ouvre les rideaux pour laisser passer la foudre de Jupiter sous la forme d'une pluie de pièces et rubans d'or. Le geste de la jeune femme est paisible et accueillant, avec le bras levé dans la direction oblique du mouvement du Dieu procréateur déguisé en or.

On a trop souvent décrit Gentileschi comme un Caravagesque mais sa Danaé est un chef d'oeuvre du maniérisme profane tardif. Je vous invite à regarder la vidéo partagée par Sotheby's où la nature monumentale de l'oeuvre est très visible.