9 janv. 2016

La Dernière 250 GT SWB

La berlinette 250 GT entre dans la logique stratégique de Ferrari d'offrir à sa clientèle des voitures sportives de plus en plus puissantes et de plus en plus stables en carrosseries fermées. Pour cette raison, elle est beaucoup moins rare que le California Spyder construit sur les mêmes châssis LWB puis, à partir de 1959, SWB.

Cette berlinette est aussi une sportive. La LWB avait reçu le surnom de Tour de France en récompense de sa participation spectaculaire dans cette compétition. 84 TdF ont été construites.

Encore plus efficace que la LWB, la berlinette SWB n'a cependant jamais reçu de surnom. Elle gagnait les mêmes compétitions et plaisait à ses propriétaires par son confort de conduite et son allure compacte dont le dessin est un chef d'oeuvre d'équilibre conçu par Pinin Farina. De gros efforts ont été réalisés également pour son industrialisation : 165 berlinettes GT 250 SWB ont été réalisées. La carrosserie était fabriquée par Scaglietti.

Le marché change et l'état devient aussi important que la rareté. Une berlinette SWB fabriquée en 1960 a été vendue pour £ 7,4M incluant premium par H and H le 14 octobre 2015 malgré quelques petites modifications.

La dernière voiture de cette série réussie sort d'usine en janvier 1963. Elle n'a pas été utilisée à l'époque en compétition et n'a pas subi d'accident ni de restauration majeure. Elle est estimée € 9M à vendre par Artcurial à Paris le 5 février, lot 138. Elle est illustrée sur le communiqué de presse.