20 janv. 2016

La Tendre Bienveillance de la Tour Eiffel

Lors de son premier séjour prolongé à Paris, de 1910 à 1914, Marc Chagall admirait cette ville joyeuse placée sous la protection de son totem bienfaiteur, la Tour Eiffel.

Les années suivantes sont très dures, mais son retour à Paris en 1923 avec sa femme Bella ouvre à cet artiste hypersensible la période la plus heureuse de sa vie. Sa petite cellule familiale vit désormais dans l'aisance grâce à un contrat avec le marchand Bernheim-Jeune et aux projets d'illustrations engagés avec Vollard.

Peu d'artistes figuratifs ont réussi à exprimer un bonheur parfait. Le 2 février à Londres, Christie's vend Les mariés de la Tour Eiffel, huile sur toile 90 x 117 cm peinte en 1928, lot 24 estimé £ 4,8M.

Le titre est sympathique. Marc a épousé sa muse treize ans plus tôt mais leur couple en bas à droite de l'image conserve la fraîcheur de jeunes mariés tendrement embrassés. Tous deux regardent vers le spectateur tandis que leur fille Ida âgée de 12 ans vole avec des ailes d'ange au travers d'une fenêtre pour offrir à ses parents un gros bouquet de fleurs.

Paris leur a donné le bonheur et les couleurs sont joyeuses. La Tour Eiffel est vue au bout de la verte pelouse gentiment animée du Champ de Mars. Le surréalisme à la façon de Chagall n'est pas oublié. Derrière la Tour, des arbres flottent comme des nuages, apportant une légèreté supplémentaire à cette composition romantique.