30 janv. 2016

Le Rythme de la Chair

L'art d'Yves Klein devra englober l'univers. Sa méthode est cartésienne : les éléments devront être maîtrisés avant d'être intégrés. Les couleurs seront cosmiques et les éponges seront planétaires. Le feu apporte un souffle mystique.

Pour inclure la vie, Klein invite les femmes nues dans son processus de création artistique. Elles virevoltent en musique autour de lui pendant qu'il couvre la surface de sa toile avec son IKB rigoureusement monochrome.

Leur présence autour de lui n'est pas charnelle et le résultat final ne laisse au spectateur aucune trace de l'influence des assistantes de l'artiste. En 1958, il avait fait une première expérience dans laquelle la femme éclabousse la toile après avoir sauté dans un réservoir de peinture situé en son centre.

A partir de février 1960, Klein modifie cette méthode dans le but de mieux maîtriser le résultat final et aussi d'en faire un happening au cours duquel il est le maître de cérémonie, habillé en smoking. Les corps sont enduits d'IKB. Les femmes tortillent leur buste et leurs cuisses sur le papier au rythme de la musique. L'artiste sautille autour d'elles pour guider leurs mouvements.

La désignation de cette série sous le nom d'Anthropométrie, codé ANT par l'artiste, fait suite à une exclamation d'enthousiasme de Pierre Restany. Klein a affirmé que son rituel était exempt d'érotisme. C'est certain : le corps de la femme n'est plus rien d'autre qu'un outil de l'artiste.

Le Buffle, ANT 93, vendu pour $ 12,4M incluant premium par Christie's le 11 mai 2010, est très large, sur une surface de papier de 178 x 280 cm, et il est possible que deux femmes soient intervenues simultanément.

La plupart des autres oeuvres de cette série sont plus simples. ANT 131, 165 x 120 cm, a été vendu pour £ 4,2M incluant premium par Sotheby's le 1er juillet 2008. ANT 118, 200 x 118 cm, est estimé £ 8M à vendre par Christie's à Londres le 11 février, lot 29.