16 janv. 2016

Picasso soutenu par Vollard

Après l'Exposition Universelle de 1900 où une de ses oeuvres avait été exposée, Pablo Picasso fait un premier séjour à Paris. Il est séduit par l'atmosphère Belle Epoque et aguiché par les possibilités d'une carrière artistique brillante. Il revient à Paris en mai 1901. Pedro Mañach l'introduit auprès des marchands influents et Ambroise Vollard prépare une exposition qui ouvrira le 25 juin.

Le temps presse et Pablo ne peut pas rater cette opportunité qui lancera sa carrière. Il entre dans une frénésie de création, estimée par certains observateurs à trois huiles par jour réalisées avec de très larges coups de pinceau pour couvrir plus vite la surface. Il a si peu de temps qu'il ne s'attarde pas sur les détails, notamment pour les traits des visages.

Pablo qui n'a pas encore 20 ans n'offrait pas jusque-là un style original à la hauteur de son talent graphique. Vollard avait travaillé avec Bonnard. Picasso opte pour des thèmes très variés tour à tour intimistes et mondains avec un choix de couleurs qui rappelle le post-impressionnisme et des contours épais qui anticipent l'expressionnisme. 

Cette très brève période ne ressemble à aucune autre période dans l'art de Picasso. Retournant aux plaisirs factices de la vie Parisienne après l'exposition Vollard, il se souviendra de Casagemas et entrera dans le désastre psychologique de la période bleue.

Dans ce style éphémère qui reste primitif par comparaison avec la période bleue, une huile sur carton 47 x 62 cm peinte en 1901 montrant des femmes Belle Epoque sur l'impériale d'un omnibus traversant la Seine a été vendue pour £ 4,9M incluant premium par Christie's le 9 février 2011. Cette peinture avait été exposée par Berthe Weill en 1902.

L'artiste vient aussi observer les élégantes Parisiennes sur les champs de courses Parisiens. Une scène située à Auteuil, huile sur panneau de même dimension et de même année que l'exemple ci-dessus, est estimée £ 4M à vendre par Sotheby's à Londres le 3 février, lot 19.