3 févr. 2016

ADN in Vitro

La vie existe parce que les chaînes de la molécule d'ADN ont la capacité de se répliquer. La découverte de la structure en double hélice par l'équipe de cristallographes de Crick et Watson en 1953 est suivie dès 1956 par la découverte du catalyseur par un biochimiste, Kornberg.

Les phénomènes moléculaires sont trop petits pour être étudiés individuellement mais l'enjeu est immense. Les anomalies génétiques ou les agressions virales seraient mieux combattues si leurs mécanismes étaient modélisés à l'échelle de la séquence de la chaîne.

Les premiers essais de réplication in vitro de séquences complètes d'ADN sont décourageants par le temps de traitement et le faible rendement. Les chimistes prennent en main à leur tour le problème. En 1982, une publication du Dr Kary Mullis travaillant pour la société Cetus donne la solution, identifiée sous le nom de PCR (Polymerase Chain Reaction).

Une fois que la chaîne porteuse de la propriété à analyser est isolée, elle est mise en contact avec une amorce nourrissante et soumise à des cycles successifs de réchauffement et refroidissement. La réaction devient rapide et la croissance de la population est exponentielle. L'invention de Mullis est intuitive. Son grand mérite est d'avoir prouvé l'exactitude de son concept en réalisant la machine appropriée. L'impact sur l'industrie génétique est immédiat.

Mullis a reçu en 1993 le prix Nobel de chimie, partagé avec le biochimiste Michael Smith.

Le 14 février à Pasadena, Bonhams vend en un seul lot la médaille Nobel du Dr Mullis accompagnée de son diplôme Nobel, d'un exemplaire de sa conférence et de plusieurs autres documents. Il est seulement le troisième lauréat à vendre lui-même sa médaille, beaucoup plus jeune que Watson et Lederman. Cet ensemble est estimé $ 450K, lot 93.

Je vous invite à regarder l'interview accordée par le Dr Mullis à Bonhams durant la préparation de la vente.