14 févr. 2016

Neuf Coups et la Grenaille

Le 21 octobre 1856, le Dr LeMat dépose un brevet Américain pour un revolver. Son invention conçue pour augmenter la puissance de feu inclut deux canons. Le canon supérieur est alimenté par un barillet à neuf coups. Le canon central, de très fort calibre, permet le tir à grenaille. Une pièce basculante à l'extrémité du chien permet au tireur de choisir le mode de fonctionnement.

L'invention est opérationnelle et les premiers prototypes sont essayés en 1859. Puis vient la guerre civile. LeMat vit à la Nouvelle Orléans. P.G.T. Beauregard est un des tout premiers généraux de l'armée Confédérée et un cousin de la femme de l'inventeur.

Le Sud n'aura jamais la puissance industrielle du Nord. Leurs fabricants d'armes sont de petits ateliers éparpillés. Un peu plus tard, le Général Lee admettra que certains modèles sont plus dangereux pour l'utilisateur que pour la cible. Beauregard promeut le revolver LeMat, participe à l'investissement et obtient une commande pour 5000 pièces à l'usage de l'armée et de la marine des Confédérés.

LeMat est d'origine française (en français, orthographier Le Mat). Pour des raisons de sécurité, il organise la production en Europe. La quantité désirée n'est pas honorée mais tout de même 2900 revolvers LeMat sont fabriqués entre 1862 et 1865.

Le 15 mars à Fairfield ME, James D. Julia vend le revolver LeMat personnel du Général Beauregard, portant le numéro de série 8, lot 2198 estimé $ 200K.

Dans la hâte d'une opération de guerre en 1862, Beauregard avait oublié son revolver chez un ami qui l'a ensuite gardé avec son accord. Elle n'a probablement jamais été tirée. Encore accompagnée de son étui d'origine, elle est dans un état superbe incluant une grande partie de son bleu d'origine.