20 mars 2016

Le Catalogue des Marques de Sceaux Impériaux

Pendant la 46ème année de son règne, 1781 de notre calendrier, l'empereur Qianlong reconnaît l'importance culturelle des sceaux impériaux. Il fait préparer des albums où seront apposées les marques de chaque règne. Il inaugure ainsi la nouvelle tradition du Baosou qui sera continuée jusqu'à la fin de sa dynastie des Qing. Chaque Baosou est réalisé en trois exemplaires.

A cette époque, les sceaux de son grand-père Kangxi sont soigneusement conservés dans le palais impérial. Les rares sceaux de son prédécesseur Shunzhi, fondateur de la dynastie des Qing, étaient probablement déjà perdus. Le Baosou de Kangxi inaugure ainsi cet extraordinaire catalogue. Il est composé de feuilles 28 x 13,4 cm mises bout à bout pour une longueur totale de 5,65 m.

Les inscriptions de 119 sceaux de l'empereur Kangxi sont ici apposées avec une grande netteté dans une encre rouge cramoisi. Une transcription à la plume en écriture courante est également offerte à proximité de chaque marque. L'ensemble est protégé dans une luxueuse reliure incluant des dorures et des brocarts de soie.

Qianlong ne pouvait bien sûr pas prévoir les catastrophes liées à l'affaiblissement des Qing au siècle suivant. Maintenant que les sceaux ont été dispersés et que beaucoup d'entre eux n'ont pas refait surface, les Baosou sont d'irremplaçables et fiables documents d'authentification des marques.

Deux des trois copies originales du Baosou de Kangxi ont survécu. L'une d'elles est conservé au Musée du Palais à Beijing. L'autre est à vendre le 6 avril par Sotheby's à Hong Kong, lot 3103.