20 mars 2016

Le Rêve du Printemps

Zhang Daqian est l'artiste le plus doué de tous les temps, capable d'imiter et de copier à la perfection les grands maîtres Chinois de toutes les dynasties et de mettre au point des techniques nouvelles. En éclaboussant son papier avec des couches successives d'une peinture transparente, il renouvelle l'expression des paysages sans atteindre l'abstraction, avec des dégradés de teintes parfaitement maîtrisés.

Zhang est revenu en Asie en 1976. Il voit cependant l'urbanisation qui menace la tranquillité de sa résidence à Taiwan. Il réagit en poète. Réalisé en 1982, Peach blossom spring expose son rêve grandiose d'un paradis qui n'existera plus. Conformément à la tradition artistique chinoise, il insère un poème expliquant sa recherche de la béatitude.

Cette oeuvre mêlant le dessin et l'éclaboussure est en quelque sorte son testament artistique sous la forme d'un rouleau à pendre de très grandes dimensions, 209 x 92 cm. Le rêve réalisé avec un pigment de vert de malachite est une colonne d'éclaboussures progressives qui atteint une intensité somptueuse dans le haut de l'image.

Cette splendide explosion de couleur renvoie vers les bords de l'image un paysage au trait net mais sans détails à l'exception de la petite barque d'un pêcheur. En bas de la colonne bleu vert, la frontière avec le monde réel est assurée par une rangée de pêchers qui entreprennent de faire croître leurs branches fleuries dans le ciel onirique.

Son utilisation de plus en plus expressive de la couleur explique l'intérêt considérable du vieux maître pour l'art de Zao Wou-ki. Leur rencontre très significative pour la compréhension de l'évolution de la peinture moderne Chinoise eut lieu l'année suivante quelques semaines avant la mort de Zhang.

Peach blossom spring est estimé HK$ 50M à vendre par Sotheby's à Hong Kong le 5 avril, lot 1273.