20 mars 2016

Les Loisirs Savants de l'Empereur Kangxi

L'empereur Kangxi, qui était un travailleur acharné, consacrait ses loisirs au savoir, à la philosophie et à la calligraphie. Il disposait à cet effet de deux cabinets d'études, le Yangxingdian dans la Cité Interdite et le Yuanjianzhai dans un pavillon d'un jardin impérial.

Kangxi utilisa environ 130 sceaux pour identifier ses consultations de documents ou exprimer son opinion. La stéatite, facile à sculpter et de jolie teinte, fut largement utilisée pendant son règne grâce à une abondance nouvelle de ce minerai. Ses successeurs préféreront le jade.

Le 6 avril à Hong Kong, Sotheby's vend au lot 3102 un sceau de Kangxi en stéatite.

La marque 5,9 x 5,9 cm est claire, symbolique et efficace. L'inscription centrale indique la localisation de son utilisation au Yuanjianzhai. Cette inscription est flanquée à gauche et à droite des silhouettes ondulantes du tigre et du dragon et terminée aux deux extrémités par les symboles du ciel et de la terre, ce yin et yang entre lesquels l'empereur lui-même est le seul intercesseur.

Ce sceau a peut-être été montré en 1690 au missionnaire Jean-François Gerbillon, invité au Yangxingdian pour inspecter les sceaux impériaux, qui nota à cette occasion la possibilité de dualité textuelle et graphique utilisée dans de très rares marques.

Le sceau Yuanjianzhai est surmonté dans une nuance plus claire de la stéatite d'une bête mythique à la fois puissante et bienveillante pour une hauteur totale de 6,9 cm de ce sceau.