5 mars 2016

Rendez-Vous Manqué avec le Groupe B

Les règlements de la FIA ont été continuellement modifiées pour un équilibre impossible à trouver entre le spectacle et le risque. En 1982, le Groupe B redémarre une idée ancienne de mettre en compétition des voitures conçues sur des modèles commerciaux de catégorie Grand Tourisme.

Les règles du Groupe B exigent que 200 exemplaires commerciaux soient produits. Les constructeurs peuvent apporter pour la course des adaptations désignées sous le nom d'Evolution.

Ferrari est intéressé mais se souvient des difficultés d'homologation vingt ans plus tôt pour la 250 GTO et la 250 LM. Aucun risque n'est pris par rapport aux exigences du Groupe B. L'introduction du nouveau modèle 288 commence en 1984 par les 200 voitures de série. Pour bien montrer que la marque est le bon élève, la nouvelle voiture est identifiée par Ferrari comme GTO (Omologato).

La 288 GTO est un développement important, avec une carrosserie inspirée par la 308 GTB modernisée par Pininfarina. Elle est légère, puissante et rapide. Les clients sont intéressés et la production est augmentée jusqu'à 272. L'une d'elles est estimée $ 2,3M à vendre par RM Sotheby's à Amelia Island le 12 mars, lot 148. Elle avait été en 1985 la première 288 GTO officiellement exportée au Japon.

Tout va bien, sauf que la FIA renonce au Groupe B en 1986 après deux accidents mortels. Lancée en 5 exemplaires, la 288 GTO Evolution n'était pas prête. Aucune n'entrera en compétition. Deux de ces Evoluzione sont modifiées pour servir de prototypes à la F40. Inutilisée dans son application d'origine, la 288 GTO a le grand mérite d'ouvrir les deux décennies de succès commercial des supercars Ferrari : F40, F50 et Enzo.