10 mars 2016

Un Châssis pour Saoutchik

A la grande époque de l'Art Déco Parisien, les riches Américains aiment associer l'élégance française et l'efficacité allemande. Une Mercedes-Benz 680S carrossée en torpedo en 1928 par Jacques Saoutchik a été vendue pour $ 8,3M incluant premium par RM Auctions le 17 août 2013.

La Carrosserie Saoutchik est réputée pour la luxueuse finition de ses réalisations et pour ses mécanismes rentrants des toits, des portes et des fenêtres. Son activité anticipe celle de son concurrent Figoni et Falaschi créé en 1935.

Les grandes marques automobiles des années 1930 portent un intérêt croissant à la maîtrise de leur carrosserie tout en continuant à vendre également des châssis nus. Pour le modèle 380 introduit en 1933, Mercedes-Benz propose pas moins de six types standard de carrosseries dont trois cabriolets.

Deux Américains visitent le Salon de l'Auto de Paris en octobre 1935 à la recherche non pas de la meilleure voiture mais du meilleur châssis. L'un d'eux sélectionne une Rolls-Royce et l'autre un superbe châssis 500K préparé avec le plus grand soin par Mercedes-Benz spécialement pour ce Salon.

La 500K est aussitôt confiée à Saoutchik. Le client demande un chef d'oeuvre et Saoutchik ne le déçoit pas. En préparant son cabriolet, il affirme à son client que la beauté de cette voiture sera tout autant admirée un demi-siècle plus tard.

Ce cabriolet est une voiture magnifique qui reçoit les plus grands soins de ses propriétaires successifs. Restée complète à un haut niveau d'authenticité malgré quelques restaurations, elle est estimée € 6M à vendre par Bonhams le 19 mars dans les locaux du Mercedes-Benz Museum à Stuttgart, lot 145.