23 avr. 2016

La Truculence de Bacchus

En 2004, Cy Twombly travaille dans son atelier à Gaète. A 76 ans, il rassemble dans sa série de peintures consacrées à Bacchus les grands thèmes de sa carrière. Le 11 mai à New York, Sotheby's vend Untitled (Bacchus 1st version V), lot 25.

Cette peinture à l'acrylique, oilstick et cire sur panneau de bois est monumentale : 266 x 200 cm. L'artiste utilise un pinceau accroché à une longue perche, comme faisait Matisse pour ses peintures murales. Ce levier accroît la force physique, offrant un rapprochement inattendu de Twombly avec le Gutai de Shiraga.

La légende de Bacchus intéresse Twombly par sa truculence qui atteint la pornographie et transcende le temps. La peinture est rouge sang, à voir ici comme un signe de vitalité. Les boucles épaisses et énergiques forment un magma d'où la gravitation a laissé échapper des coulures.

Cette oeuvre est entièrement abstraite mais le thème non ambigu est renforcé par les mots Baccho Mainomenos inscrits avec la même couleur rouge en haut de l'image, évoquant les occupations les plus licencieuses de ce dieu très spécial qui invitait ses fidèles à l'indécence.

Le communiqué de presse du 18 mars indique que ce lot est attendu au-delà de $ 20M.