16 avr. 2016

Un Fauve sur la Tamise

L'exposition en 1904 des vues de Londres par Monet est un immense succès pour Durand-Ruel. Monet n'est plus seulement un impressionniste. Il exprime le sens profond de la nature par des lumières extrêmes sous des ciels chargés.

Monet reste un peintre réaliste mais le post-impressionnisme offre déjà une autre orientation. Autour de Matisse, les Fauves font exploser les couleurs. Les critiques d'art sont surpris mais le public apprécie cette révolution pictoriale qui éloigne définitivement la peinture de l'influence de la photographie.

Vollard est toujours prêt à soutenir les avant-gardes, surtout quand elles sont représentées par de très jeunes artistes. Derain a exploré le nouveau langage des couleurs en 1905 avec Matisse à Collioure. Vollard veut concurrencer Durand-Ruel et commande à Derain une série de vues de Londres.

Le 9 mai à New York, Sotheby's vend une huile sur toile 76 x 99 cm intitulée Les voiles rouges peinte par André Derain en 1906.

Cette vue de bateaux sur une rivière n'offre aucun détail architectural mais il ne fait aucun doute qu'elle est située sur la Tamise. Non seulement la forme des voiles correspond aux typiques Thames sailing barges, mais leur rouge cinglant entrecoupé de bleu répond avec l'habituelle exagération Fauviste à la couleur brun rougeâtre des modèles.

Le traitement pointilliste de l'eau est une réminiscence de l'influence du style de Signac que Derain avait débattu avec Matisse au début de leur coopération à Collioure et anticipe les canaux à Venise par Monet. La segmentation géométrique du ciel entre les nuages, la brume, le soleil à contre-jour et un coin de ciel bleu est une vision résolument moderne.

Cette peinture est une réussite spectaculaire du style Fauviste. Elle est estimée $ 15M, lot 24.