10 mai 2016

La Sincérité Abstraite de Georgia O'Keeffe

En 1908, Georgia O'Keeffe abandonne l'idée de devenir une artiste. Elle a 21 ans. Quatre ans plus tard, elle comprend la raison de ses doutes : sa créativité très personnelle ne répond à aucun académisme.

Elle trouve tout de même un professeur pour guider son talent. A.W. Dow n'est pas un grand artiste mais il promeut la ligne, la masse et la couleur. Il est un peintre figuratif mais son élève utilise ses idées pour extérioriser ses sentiments par l'abstraction. Sans lien avec les mouvements artistiques Européens, sans autre inspiration que sa sensibilité esthétique, Georgia est une des toutes premières personnes en Amérique à explorer l'art moderne.

Elle ne revient pas tout de suite à la couleur. Ses dessins en noir et blanc sont animés par de vastes spirales. A la fin 1915, consciente de sa profonde originalité qui continuera à guider sa carrière pendant sept décennies, Georgia envoie des exemples de son art par la poste à une amie, Anita Pollitzer.

Anita connaît Stieglitz. Quand Georgia visite la Gallery 291 quelques mois plus tard, elle voit ses oeuvres en exposition. Stieglitz n'avait pas osé lui demander l'autorisation. Il déclare à Georgia que ses dessins sont les choses les plus pures, les plus belles et les plus sincères qu'il ait exposé dans sa galerie.

On comprend bien à quel point l'indépendante Georgia est encouragée par cette appréciation. Décidément très en avance sur son temps, elle essaye désormais une utilisation monochrome de la couleur. Son choix se dirige vers le bleu de Prusse.

Blue I, aquarelle 79 x 57 cm réalisée en 1916, est incluse dans la première exposition solo d'oeuvres de Georgia organisée par Stieglitz à la Gallery 291 en avril et mai 1917. Cette oeuvre séminale a été vendue pour $ 3M incluant premium par Christie's à New York le 24 mai 2007. Elle revient dans la même salle de ventes le 19 mai, lot 7 estimé $ 2,5M.