1 mai 2016

Le Jardin de la Victoire

Les temps sont durs pour Claude Monet. Il perd son fils Jean juste avant le déclenchement de la première guerre mondiale. Sa vue devient déficiente. Il décide de rester à Giverny quelque soit la suite des événements et compense cet isolement en déclarant son patriotisme.

Il construit en 1915 l'atelier dans lequel il créera les Grandes Décorations, sa nouvelle série sur le thème des nymphéas. Avec ce projet de consacrer une pièce d'exposition à une vision circulaire de son étang, il est un très grand innovateur. Il n'exprime pas la nature mais la sérénité devenue rare et précieuse en ces temps tragiques.

La paix revient. Monet est un peintre et il insiste pour participer à la célébration de la victoire par l'intermédiaire de son art. Les Grandes Décorations modifient ses idées de composition. Il expérimente deux nouveaux formats panoramiques, 100 x 200 cm et 130 x 200 cm, qui rendent plus logique la concentration de l'image sur le bassin avec ses plantes et ses reflets mais sans rive ni ciel.

Dans le langage de son temps, Monet est devenu un décorateur, privilégiant l'effet et l'ambiance plutôt que la figuration. Dans le langage de notre temps, il est le précurseur de la créativité abstraite.

Monet travaille cependant avant tout pour lui-même. Il n'a pas cédé de peinture importante depuis 1912. En novembre 1919 il accepte cependant de vendre quatre de ses nouveaux Bassins aux Nymphéas 100 x 200 cm à Bernheim-Jeune. Cet ensemble est un des sommets de sa prestigieuse carrière : l'une de ces peintures a été vendue pour £ 41M incluant premium par Christie's le 24 juin 2008.

Une autre toile de ce groupe a été coupée en deux parties égales 100 x 100 cm avant 1944 par un imbécile non identifié. La partie gauche est au Musée de Tel-Aviv. La partie droite est estimée $ 25M à vendre par Christie's à New York le 12 mai, lot 27 C.